Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 14:17

Où en sommes-nous ? On n’entend que fausses informations, spéculations hasardeuses, annonces fracassantes de décisions, démenties la semaine suivante… La girouette municipale oscille à tout vent : c’est mistral, il partira. Se lève un fort vent d’est : il reste…

Sans compter les interprétations fantaisistes des règles qui régissent le fonctionnement et la dissolution d’un conseil municipal, le tout dans un climat délétère qui devient franchement malsain.

En mars dernier, les électeurs se sont prononcés sans appel pour la liste menée par M. Joseph et Mme Quilici, élue avec 57% des suffrages, score élevé qu’on n’avait pas vu depuis longtemps à Bandol. Nous le répétons : on était parti pour une cogestion qui aurait pu être fructueuse pour la commune, le maire s’appuyant sur des élus plus expérimentés de par leur parcours antérieur. Malheureusement, il n’en a rien été.

Et nous avons assisté à un remake du film de 2010 : « Comment éliminer son premier adjoint »– la « tentative d’étranglement » en moins : il est vrai qu’imaginer Mme Quilici serrant le cou de M. Cermolacce eût été peu crédible!

On notera de petites différences : certes M. Joseph suivait les traces de son prédécesseur, mais il s’est montré plus impatient : ce dernier avait attendu 2 ans ; lui, moins de 6 mois.

Le premier s’était soigneusement assuré d’une large majorité en attirant à lui les soutiens de M. Bogi par les moyens que l’on sait ; son successeur n’a réussi à « rassembler » que deux transfuges de l’opposition et s’est de plus coulé lui-même en proclamant urbi et orbi qu’il partirait s’il n’était pas suivi.

M. Palix n’avait mis sur la touche que 2 adjoints ; M Joseph présente un tableau de chasse autrement fourni : 3 adjoints, 3 conseillers, et par la suite 12 autres, tous privés de leurs délégations. Un record !

Ayant ainsi décimé sa propre majorité, sans pour autant se débarrasser de sa première adjointe, le maire passe au plan B : vite, le retour aux urnes.

Gros problème : contrairement à ce que faire croire le 1er magistrat, la commune n’est pas du tout en situation de blocage.

Plus de majorité ? Mais depuis mars, aucune voix n’a manqué pour voter les délibérations. C’est bien ça une majorité ? De plus, c’est celle-là même que les électeurs ont portée à la mairie.

Il ne reste que 5 adjoints ? Et alors ? On avait cru comprendre que Mme Quilici refusait de travailler. M. Joseph devrait pouvoir se passer d’elle et de ses collègues, qui ne devaient pas servir non plus à grand-chose, puisqu’il leur a ôté leurs délégations.

Sans oublier que nous avons 300 fonctionnaires qui continuent à gérer la commune.

De plus, lui-même pourrait peut-être se consacrer à plein temps à sa fonction, comme l’ont fait ses prédécesseurs…et enfin réaliser SON programme sans entraves : le redressement financier (dont il avait déjà la charge), le tourisme (confié depuis 6 mois à l’une de ses proches) et le port (dirigé lui aussi par ses troupes)…comme il l’a confié à la presse. Cherchez l’erreur.

Donc l’Etat n’interviendra pas pour dissoudre le conseil. Alors, que faire ?

Dans un élan courageux, le maire demande alors à 13 élus de la majorité de démissionner* dans un délai de 8 jours afin qu'il puisse se représenter, avec une liste « un peu » différente – il faudra bien faire de la place pour ses nouveaux soutiens. Etant entendu que lui ne fera pas partie de la charrette –on n’est jamais trop prudent !

Et comme il craint de ne pas avoir le nombre, M. Joseph va maintenant chercher l’aide de M. Palix, qu’il a démoli depuis des années ! Et à qui il va offrir la mairie sur un plateau…Courage ou aveuglement ?

La seule chose dont nous soyons sûrs, c’est qu’on attendra longtemps la charte éthique qu’il nous promettait…

* Il est bon de rappeler par ailleurs que la démission d’un élu est un acte personnel et individuel que personne n’a le pouvoir de lui imposer, et qu’elle devient effective dès sa réception par le maire, lequel est tenu d’en informer immédiatement le préfet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

jp jambon 24/11/2014 08:09

officialisation de la politique des chinoiseries bandolaises !!
Mr Joseph a signé une charte avec une ville chinoise
sans doute qq "voyages d'études" en vue !

jp jambon 20/11/2014 16:49

Le 18 novembre le Docteur Faust a voulu vendre son âme au diable pour obtenir de Lucifer, Mephistophélès comme serviteur....sauf que le lucifer était à la pèche

on pourrait aussi constater que les docteurs Diafoirus et Purgon ont voulu faire un grand lavement dans Bandol, mais que leurs clystères se sont obstrués.
Qui sera saigné la prochaine fois ?

jp jambon 19/11/2014 08:02

en ce 18 novembre, les docteurs Diafoirus et Purgon voulaient faire un grand lavement à Bandol
sauf qu'ayant omis d'user de calgon, leurs clystères s'en sont trouvés bouchés.
prochaine étape ?
la saignée ?

jp jambon 12/11/2014 10:50

lorsque l'on voit les photos prises le 11 novembre, on peut constater le côtes à côtes de Mr Le Maire, de sa Première adjointe et de 2 adjoints (tous les 3 sans délégations)
Se souvenir et commémorer c'est non seumement bien mais indispensable....à condition de tirer des enseignements de l'histoire
Commémorer la fin d'un conflit qui s'est terminé par un armistice lequel en vérité, d'une façon ou d'une autre à amené à constater la défaite réciproque des belligerents , devrait interpeller nos élus et les amener sans doute à se référer à cette histoire et à signer un armistice gagnant gagnant.....surtout pour Bandol

Kiki 11/11/2014 22:39

Comme tout cela est triste....