Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 20:30

Ϛa a commencé il y a presque un an…et ça continue : la cérémonie patriotique du 8 mai a, elle aussi, provoqué des remous et suscité bien des commentaires.

D’abord, parce que le maire n’était pas là, retenu ailleurs, comme il nous a été précisé le lendemain, pour des raisons « professionnelles (?) et personnelles ».

Un 8 mai ! Du jamais vu, au dire de très nombreux Bandolais, profondément choqués par cette absence et qui estimaient que le 1er magistrat manquait aux devoirs de sa charge, vu l’importance de cette date pour notre pays, au regard de l’Histoire et de la mémoire.

Ensuite, parce que M. Joseph ne s’est pas fait représenter par la première adjointe, comme lors de la cérémonie du 19 mars, mais par M. Cermolacce, 4ème adjoint, pour déposer la gerbe de la ville en compagnie du conseiller délégué aux affaires patriotiques, lequel a lu, fort mal d’ailleurs, le communiqué du ministre…

Bref, le choix du prince, tout à fait contraire à l’usage.

De plus, ce qu’on ne sait pas, c’est qu’après le refus du dépôt conjoint de gerbe avec Mme Quilici le 18 juin 2014, après la gerbe de notre député « oubliée » par terre le 11 novembre dernier, on a failli avoir la gerbe du département refusée.

La première adjointe avait informé M. Joseph qu’en sa qualité de Vice–Présidente du Conseil Départemental, elle déposerait une gerbe pour cette cérémonie nationale.

Réponse édifiante de M. Joseph, envoyée à l’intéressée :

« Vous êtes depuis longtemps dans les rouages de la collectivité territoriale, il me semble donc improbable que vous ne puissiez connaître certains protocoles. C’est le cas, pour les dépôts de gerbe lors des cérémonies patriotiques. j'en ai d'ailleurs informé Monsieur le Président du conseil départemental. A ce jour aucune demande officielle ne m'étant parvenue, il est ne m’est pas possible d’apporter une réponse favorable à votre demande de le représenter lors de la cérémonie du 8 mai. »

Sauf que Mme Quilici n’avait nul besoin de demande formulée par le président pour représenter le Département (et non son président) : la sienne suffisait, es qualité. Ses collègues vice-présidents ont d’ailleurs déposé leur gerbe sans problème et sans avoir besoin d’ « une demande officielle », dans leur commune respective. Aussi, devant cette exigence, incompréhension totale des instances départementales…que l’on peut difficilement taxer d’ignorance en matière protocolaire !

Du coup, c’est au nom du président Marc Giraud que Mme Quilici a déposé sa gerbe, ce qui lui donnait la préséance sur le maire ! Mais il ne nous a pas échappé qu’elle a été présentée lors de la cérémonie comme simple « conseillère » et non Vice-Présidente du département.

Encore une bévue ? Oh que non ! Mais plutôt une mesquinerie assez pitoyable, et totalement déplacée dans un tel contexte.

Une de plus, confirmée quelques instants plus tard, lorsqu’on lui a refusé l’accès à la vedette.

Si le maire avait été présent, il aurait pu constater que l’indignation n’était pas le fait d’une poignée d’agitateurs, comme il le prétend, mais de la plupart des personnes présentes.

Quant aux raisons invoquées pour justifier ce refus, elles ne sont pas recevables : plus de place sur la vedette ? On n’aurait quand même pas atteint la surcharge du radeau de la Méduse, pour ce voyage à moins d’une encablure du bord !

Le directeur du cabinet, interrogé par le presse, a précisé que : « seuls le maire et les représentants des associations patriotiques montent à bord ». Mais en l’occurrence, tous ont pu voir qu’un conseiller s’était glissé clandestinement si l’on comprend bien, au milieu des passagers !

Enfin, M. Joseph, sitôt rentré à Bandol, y est allé aimablement de son petit couplet sur Facebook : « Depuis toujours, seul le maire ou son représentant monte, les autres élus n’embarquent pas… » Laetitia Quilici aurait donc réclamé « un passe-droit »…

Hélas pour M. Joseph, pas « depuis toujours ». Ce refus lui est bien imputable, car il n’existe ni protocole, ni même usage fixe en la matière : on a vu monter le maire et un adjoint, le maire et le député etc…et même, une année, le public et les enfants ont été invités à embarquer sur un autre bâtiment, pour jeter des fleurs à la mer.

Il est vrai que le maire ne pouvait pas le savoir, puisqu’on ne l’a vu assister à des cérémonies commémoratives que depuis qu’il a décidé de se présenter aux élections municipales.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires