Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 15:20

Comme on a pu le constater, nos associations paient un lourd tribut à la politique d’économies mise en place par le maire : baisses des subventions – qui n’ont épargné que 2 ou 3 d’entre elles – allant de – 10 %, pour celles qui recevaient le plus, et/ou qui avaient des salariés, avec quelques pointes à – 50 %, la majorité enregistrant 30% de moins que ce qui leur avait été alloué en 2014. Et quelques-unes n’obtenant…rien.

Pour couronner le tout, cette cure d’amaigrissement obéissait à des critères fixés de façon autoritaire, qui laissaient de côté le nombre d’adhérents, l’objet, les projets de chacune, critères qui, de plus, n’ont pas été totalement respectés.

On est loin, très loin, de ce qui a été claironné dans le dernier bulletin municipal (page 5).

Car dans les faits, la somme annoncée de 591 000 €, en apparence identique à celle attribuée en 2014 a été amputée de 96 000 € (donnés en sus aux « pointus » en février pour organiser une animation). Ce qui fait qu’on n’atteint même pas le niveau de 2011…

Non seulement "on" a oublié de le préciser au lecteur, mais en plus, "on" prétend faire le « choix politique clairement affiché de protéger le dynamisme de notre tissu associatif local »

Un abîme entre les mots et les actes…qui relève de la manipulation.

Un choix politique inacceptable

Le choix de diminuer les subventions a été mûri de longue date : en décembre dernier, le maire a convoqué les présidents des associations pour leur annoncer les coupes à venir.

On l’a même entendu, invité lors d’une assemblée générale, justifier cette baisse : elle était, prétextait-il, indispensable pour permettre la construction du fameux bassin de rétention à 850 000 €.

Sauf qu’en fait de construction, il n’a prévu, en 2015, qu’une simple étude hydraulique, chiffrée à 50 000 € ! Et pour autant, nos associations n’ont pas obtenu un centime de plus.

M. Joseph aura du mal à rejeter la responsabilité de cette gestion consternante sur les élus, en particulier sur ceux qui ont refusé son budget primitif.

Parce que dans son nouveau budget soumis au vote le 23 juillet, il augmente les recettes de fonctionnement de 800 000 € supplémentaires, (les fameux 8% d’impôts du préfet,) mais la somme allouée aux associations diminue encore !!!

Parce que, sourd aux demandes des élus, il s’obstine à remettre de côté 180 000 € au titre des "dépenses imprévues".

180 000 € tellement indispensables qu’aucun de ses prédécesseurs n’a jamais mis le moindre euro à ce poste ! Tellement indispensables que la Chambre des Comptes et le préfet les avaient supprimés !

Mais 180 000 € dont une partie aurait été bien utile à nos associations, au lieu de dormir dans un coin, en attendant…

Il ne s’agissait pas de dépenser plus, mais de dépenser mieux.

Autre point révélateur : depuis des mois, M. Joseph s’est employé à inquiéter les associations, leur faisant croire que les subventions ne seraient pas versées, suite au refus du budget, ou qu’elles le seraient très tardivement.

Mais lui-même ne s’est guère empressé de les mettre à l’ordre du jour, malgré les demandes répétées des élus. Le préfet a rendu ses arrêtés le 15 juin et Le maire a attendu le 30 juin et jusqu’au 23 juillet pour les soumettre au vote.

Et il se félicite sur son blog :

« Quant aux associations, elles respirent… »

Alors qu’il les asphyxie !

Et notre grand économiste, qui lui, ne manque pas d’air, de poursuivre « les subventions versées leur permettent d’assurer pleinement leur rôle etc…etc… »

Mais oui, vous avez bien lu : « PLEINEMENT ». C’est dire si le maire connaît le fonctionnement d’une association !

Eh bien non : elles assureront d’autant moins leur rôle, à proportion de l’aide qu’on leur aura supprimée.

Si les associations demandent une subvention, ce n’est pas pour le plaisir de remplir des pages de paperasses (sont-elles lues ? On peut en douter parfois…). C’est parce qu’elles en ont vraiment besoin pour fonctionner. La ville leur offre ses infrastructures à prix modique, voire gratuitement, mais cela ne suffit pas.

Et quand la commune diminue l’aide financière apportée – voire l’annule – comme vient de le faire le maire, elles n’ont le choix qu’entre deux solutions : soit elles restreindront leurs activités et les services qu’elles offrent à leurs adhérents, soit elles augmenteront les cotisations de leurs membres, du moins ceux qui pourront encore les payer, en ces temps de crise.

Les associations : une chance pour Bandol

Bandol a la chance d’avoir un tissu associatif d’une grande diversité, avec des bénévoles qui se dépensent sans compter. Plus de 60 associations nous proposent tout au long de l’année des activités pour tous les âges et tous les goûts : sports, loisirs, initiations aux pratiques artistiques, culture, danse, jeux de société, actions caritatives, voyages...Elles regroupent vraisemblablement bien plus de 2000 personnes.

Nos associations favorisent le vivre ensemble au quotidien, permettent de créer des liens entre les habitants.

Elles participent de façon irremplaçable à l’animation de Bandol : pas de semaines sans organisations de fêtes, de compétitions sportives, de spectacles, d’expositions, de conférences à leur initiative.

Ce sont elles qui rendent vivante notre commune.

Ce sont elles qu’il faut préserver à tout prix.

M. Joseph a fait d’autres choix : à l’augmentation des impôts, écrit-il, doit correspondre une baisse encore plus importante des charges ! On mesure ici les dégâts de cette philosophie comptable pour le moins étonnante, surtout mortifère quand on l’applique sans discernement.

Et demain ?

En 2016 et 2017, l’Etat va de nouveau baisser son aide à la commune de 400 000 € supplémentaire par an. Selon cette logique, il faudra s’attendre chaque année, de la part de M. Joseph, à de nouvelles diminutions des subventions.

Si on lui laisse les rênes, l’avenir des associations bandolaises s’annonce bien sombre et l’existence de nombre d’entre elles gravement compromise.…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires