Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:14

Mme Cercio a eu l’excellente idée de mettre en ligne l’enregistrement de sa prestation oratoire lors de l’inauguration de sa permanence.

Il eût été dommage que seules quelques dizaines de personnes aient bénéficié de ce discours qu’elle interprète avec force gestes et minauderies, tout en jetant de nombreux coups d’œil vers ses feuillets, et faisant quelques pauses pour permettre à l’assistance d’applaudir.

Elle n’a pas de mots assez forts pour condamner ces 18 mois passés et les trois ( ?) candidats, responsables de ce désastre, qui ont l’audace de se représenter, dit-elle en nous demandant de tourner la page !

L’amnésie, c’est si commode : Mme Cercio oublierait-elle qu’elle a été un acteur essentiel des déchirements passés ?

Il lui est trop facile d’éluder ses lourdes responsabilités dans les manœuvres qui ont conduit M. Joseph à tenter de changer de majorité au bout de 6 mois de mandat, parce qu’il pensait en avoir trouvé une autre avec elle et son colistier, « élus de l’opposition légitimistes » selon ses déclarations à la presse.

Sans cela, peut-être les choses seraient-elles rentrées dans l’ordre.

Aujourd’hui, promettant l’apaisement, la candidate joue le rôle du pompier pyromane, elle qui a largement contribué au climat délétère qui règne à Bandol en inondant le net de ses écrits incendiaires à l’encontre de l’adjointe dont elle guignait la place.

Elle proclame sans cesse qu’elle est l’alternative (sic). Ignorerait-elle le sens de ce mot ? Ou serions-nous en face d’un dédoublement de la personnalité ?

Et soudain, tout s’éclaire !

D’un côté, nous avons Floriane, « vêtue de probité candide et de lin blanc », qui ne cesse de prôner l’éthique, la moralité politique, et qui proclame haut et fort la sincérité de son engagement et de ses convictions, …

Et de l’autre, Cercio, qui, présidente du C.A.P, fait la campagne de M. Palix, est élue à ses côtés dans l’opposition et qui, peu de temps après la défaite, lâche son chef de file pour négocier dans son dos avec M. Joseph une place d’adjointe.

Puis qui soutient le maire pendant un an avant de se présenter contre lui, avec l’aide active de son directeur de cabinet.

Une entrée fracassante dans la sphère politique bandolaise !

Pour en revenir à ce discours, difficile d’en retenir quoi que ce soit de concret, tant il est creux, mal construit, rempli de redites, de truismes et de phrases ronflantes qui ne veulent pas dire grand-chose au final.

C’est ainsi qu’on nous parle d’ « une politique au sens de la vie de la cité » plagiat imprécis d’une définition dont on n’a rien compris ; puis, prenant sans doute les Bandolais pour des volatiles, on nous dit qu’ « il est urgent de prendre le temps de se poser dès maintenant ».

Passage obligé, la candidate nous fait part de son amour pour Bandol, amour délirant sans doute, puisque c’est une « ville qu’elle ressent, » une « ville qu’elle respire …» (pas dans la rue Marçon, espérons-le pour elle…).

On parvient malgré tout à comprendre que l’intéressée ne fera rien ou presque pendant 4 ans, Bandol étant quasiment détruite, et qu’il s’agira bien sûr de « remettre la ville sur pied », de « commencer à poser le socle des fondations (sic) en 2020.

Pour finir par la phrase la plus cocasse, saluée par les applaudissements de l’assistance : « Nous représentons la droite classique, mais aussi et surtout chaque Bandolais, car Bandol est faite avant tout d’hommes et de femmes. » !!!

Quelle découverte !

On notera que pour sa première prise de parole publique, Mme Cercio ne s’est pas entourée de son équipe, pourtant déjà constituée semble-t-il. Et que son effigie figurait seule, sur l’espèce d’oriflamme qu’elle avait planté sur le trottoir.

Sa prestation n’était guère convaincante, surjouée, pourrait-on dire. Ce qui est fâcheux.

Pour parler plus sérieusement, prétendre agir sur l’atmosphère et le climat d’une ville, prôner refondation, renouveau, sans évoquer au moins quelques pistes concrètes, ne saurait constituer une approche sérieuse de la gestion d’une commune.

D’autant plus qu’un programme ne s’élabore pas en 3 semaines, et que nous n’avons jamais trouvé trace de thèmes importants comme l’urbanisme, la politique financière, les perspectives économiques, etc…dans les discours et interventions dont cette personne nous abreuve depuis 18 mois.

Mais ne doutons pas que la candidate saura s’inspirer des programmes des autres, comme elle a su déjà attirer leurs (ex) élus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

bubu 10/11/2015 10:15

voilà une belle analyse, bravo