Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 19:26
Et il ose nous réclamer une seconde chance !

Dans un dernier tract, le maire sortant nous explique gravement que les élections municipales sont un enjeu local. Quelle découverte !

Il se présente sans étiquette, et a expliqué à sa liste qu’il n’en avait pas demandé, et que d’ailleurs, cela n’avait guère d’importance. « Il n’en a pas besoin » écrit-il !

On se demande alors pourquoi il tempête et menace, pourquoi il remue ciel et terre pour dénoncer, une fois de plus, Laetitia Quilici, coupable, selon lui d’usurper l’étiquette " Les Républicains", puisque ça ne sert à rien.

Il semblerait d’ailleurs que M. Joseph n’ait pas une connaissance exacte des usages d’un parti auquel il n’appartient pas.

Serait-il amnésique ? Ou espère-t-il que nous le serons ?

Pourquoi est-il allé chercher Hervé Morin, dirigeant national UDI, en 2014 pour soutenir sa candidature ?

Il s’est bien présenté sous cette étiquette ? Et il la revendiquait sans arrêt, lui « le seul maire UDI du Var ! »

Et voilà qu’il prétend maintenant qu’avoir une investiture placerait un maire sous les ordres d’un parti, « d’un appareil politique » !

Qu’est-ce à dire ? Bandol aurait donc été sous la coupe de l’UDI pendant les 18 mois de son mandat ?

Qu’on arrête de se moquer de nous ! Depuis des années, de nombreux candidats ont affiché une étiquette politique et personne, pas même lui, n’a eu l’idée de le leur reprocher.

Il aura fallu attendre cette élection pour entendre de pareilles inepties.

M. Joseph n’en est pas à une contradiction près : après avoir stigmatisé la première adjointe, parce qu’elle était une « politique », et voilà que dans sa dernière vidéo, il affirme qu’il fait partie de cette espèce enviable qu’il décriait tant !

Encore plus fort : il y a 2 ou 3 jours, il expliquait qu’il avait gardé son activité professionnelle, pour être au contact des habitants ! Lui qu’on n’a jamais vu dans les quartiers… De là à considérer un cabinet de cardiologie comme un lieu de rencontre idéal avec la population…

Et voilà qu’il aurait décidé de se consacrer exclusivement à Bandol ? Il faut comprendre : « en dehors de mon activité professionnelle ».

Un peu de sérieux : c’est lui-même qui l’a dit publiquement : « Il n’y arrivait pas : il devait embaucher un chef de cabinet pour lui mâcher le travail. »

La gestion de Bandol, avec ses 300 fonctionnaires exige un maire à temps complet .M. Joseph ne l’a toujours pas compris.

Et si, au lieu de dénigrer, le maire sortant donnait plutôt des raisons POSITIVES de voter pour lui ?

Certes l’exercice est difficile.

Son bilan ?

Il revendique 565 000 € d’économies de fonctionnement en 2014.

Mais qui a été sacrifié sur l’autel de l’austérité ? Les jeunes et les sports : moins 59 000€

Les animations : Fête de la musique, été, Toussaint… : moins 175 000 €

Et Noël l’an dernier, quelle tristesse pour nos enfants : moins 104 000€

Cf l’extrait d’un document de la commission des Finances.

Pourquoi ces coupes sombres, alors que le compte administratif 2014 affiche un excédent de 2,3 M € ?

Si l’objectif était « Bandol ville morte », ça a été un franc succès !

Quant au budget 2015, le critère d’excellence que M. Joseph met en avant, c’est qu’il a été réalisé « sans hausse d’impôts ». Sauf qu’en matière de finances, la méthode Coué est inopérante. Le maire a fait voter 20 % d’augmentation sur les taxes des résidences secondaires. Il l’a opportunément oublié. Si ça n’est pas une hausse…

Amnésie, encore, ou tentative de tromper les Bandolais ?

Baisse des animations, baisse, voire suppression des subventions à nos associations, il faut de l’audace pour affirmer leur rôle important et prétendre qu’on n’a pas « altéré la qualité des services rendus aux Bandolais ».

Manquent la gestion de la mairie, et le respect de la démocratie.

Lourd bilan : incapacité à diriger une équipe, conception erronée de sa fonction , impréparation des conseils municipaux, avec plusieurs dizaines de délibérations retirées ou rapportées, dévoiement des institutions avec plus de 50 arrêtés de retraits de délégations arbitraires, tentative de changer de majorité, atteintes continuelles à la liberté d’expression au conseil municipal. On est loin, hélas, des engagements pris.

Et quel homme désintéressé ! Il nous le serine : il a immédiatement baissé son indemnité

de 60 %. Alors que les autres…

Il oublie seulement de nous préciser que cette mesure, prise à l’initiative de Mme Quilici, a concerné TOUS les élus de la majorité. Chacun a amputé son indemnité municipale de ce qu’il touchait par ailleurs, afin que les conseillers municipaux ayant une délégation puissent percevoir une indemnité, que les textes ne prévoient pas.

Quant à la voiture de fonction, qu’en ferait-il, lui qui partage son temps entre son activité professionnelle et la mairie, lui qui est singulièrement absent de la plupart des réunions en dehors de la commune ?

M. Joseph se présente avec une nouvelle équipe, que nous qualifierons de « médico-familiale : 3 médecins, 2 infirmières, un couple et une belle-fille.

Expérimentée ? Connaissant les dossiers ?

La chose qui importe le plus, c’est l’expérience municipale. Or, seuls 3 élus de 2014 se représentent avec M. Joseph, et dont on ne peut pas dire qu’ils aient été les phares de sa courte mandature. Et sur 8 adjoints, 6 personnes n’ont jamais exercé de mandat, certains autres candidats découvrant même le conseil municipal il y a 10 jours et ignorant manifestement tout de son fonctionnement. Voilà qui promet.

C'est la "seule liste, écrit-il, ayant prouvé son intégrité et son honnêteté, parce qu’elle est la seule à ne pas être « inféodée aux partis politiques " ? Outre que c’est faux, quel besoin de jeter une suspicion aussi scandaleuse sur les autres ? Mais de quel droit cette affirmation ridicule ?

Si nous examinons le programme de notre visionnaire, une fois débarrassé des flots de littérature habituels pour ce genre d’exercice, des considérations générales, et de vagues projets qui sont devenus des poncifs à Bandol, il ne reste pas grand-chose de concret. Mieux, le maire sortant promet de faire le contraire de ce qu’il a fait pendant 18 mois : s’occuper de la propreté et du nettoiement de rues qu’il a laissés se dégrader, idem pour notre patrimoine (voirie, bâtiments) remettre une navette de transport quotidienne, alors qu’il en a supprimé, faire vivre les associations qu’il a étranglées etc…Et le meilleur pour la fin à propos de l’accroissement d’une population vieillissante qui réclamera des mesures avec l’aide du département : le maire fera avancer ce dossier . Mais quel dossier ? Comprenne qui pourra!

Bref, un programme qui dénote une grande méconnaissance des problématiques bandolaises et une vision bien floue de l’avenir.

Plus question de charte éthique.

Nous le constatons, en plus de ce lourd bilan : le maire sortant est incapable de présenter ses actions qu’il juge positives, son équipe, son programme, sans systématiquement dénigrer les autres. C’est grave.

Cet état d’esprit qui consiste à toujours considérer qu’on est le meilleur, le plus honnête, ne convient pas à la fonction qu’il brigue, car il interdit de reconnaître ses erreurs, d’écouter les avis contraires et de prendre en compte les autres, de les respecter. Il amène à considérer ceux qui ne sont pas de votre avis comme des ennemis. Il rend impossible tout progrès dans l’attitude.

Le maire sortant ne sera pas plus compétent, pas plus ouvert aux autres, pas plus respectueux de la démocratie pour gérer Bandol demain qu'il ne l'était hier.

18 mois ont suffi. Dans l’intérêt de Bandol, pas de seconde chance pour M. Joseph.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires