Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 18:12

2016 un nouvel élan, peut-être… mais s’agit-il de faire un bond en avant, ou en arrière ?

Il est permis de se poser la question à la lecture du dernier magazine communal, rebaptisé à l’occasion « Le journal », mais guère plus attrayant et fourni que son prédécesseur, le défunt « bulletin ».

La couverture donne un ton franchement passéiste pour une publication sensée évoluer, avec cette photo noir et blanc de notre bonne ville, fin des années 50.

Cela illustre bien la première mesure du maire, que tous attendaient, à n’en pas douter : après avoir "redéfini les missions" des services municipaux, on achève de les désorganiser en faisant déménager les employés de la nouvelle mairie vers l’ancienne ! Voilà qui est porteur d’avenir !

M. Joseph s’y est déjà installé, sans doute séduit par le magnifique bureau acajou derrière lequel il a reçu Var-Matin : voilà qui vous pose un homme !

Il faut dire qu’il pourra, de ses fenêtres, contempler le port et peut-être, s’il se penche, la place de la Liberté désespérément vidée de ses maraîchers et autres commerçants.

Le maire se taille la part du lion avec un édito conséquent, agrémenté d’une élégante photo de sa personne, qui s’allonge sur une demi-page et permet au lecteur de contempler l’édile de pied en cap.

Nous apprenons au passage que M. Joseph a engagé comme directeur de cabinet le journaliste, rédacteur de France 3 Méditerranée, qui a dirigé sa campagne électorale. Nul doute que, dans un souci de transparence, on nous indiquera combien coûte au contribuable bandolais la volonté du maire de conserver son activité professionnelle.

On ne peut s'empêcher de constater qu’après M. Lerat, son choix s’est porté, une fois de plus, sur un « communicant », qui n’est pas connu pour avoir une connaissance particulière de la gestion des collectivités. Ce qui trahit bien la préoccupation primordiale de M. Joseph : non pas améliorer le fonctionnement de la commune, mais assurer sa propagande à travers les nombreux supports qu’il utilise (discours, blog, Facebook, et maintenant le site de la ville …) pour pourfendre ses adversaires et vanter son "action".

Notons toutefois quelque hésitation au niveau de l’orthographe dès les premières lignes (entre « voit » et « voie », seule la seconde forme étant correcte), et l’oubli de plusieurs traits d’union…

Exercice d’autosatisfaction dont M. Joseph est coutumier, il nous présente sa « vision » – c’est bien le mot – d’un Bandol transformé : tout va bien, tout va mieux !

Et en à peine 4 ou 5 semaines ! Sécurité, propreté, travail des services, de la police et des élus etc …que d’améliorations, et tout cela par la magie d’une élection…A se demander : qui était maire avant le 13 décembre ?

Sans compter les animations, si nombreuses et réussies, à l’en croire, au nombre desquelles il compte – c’est une première – ses vœux à la population ! Pas sûr que ça attire nos voisins…

Et si l’on arrêtait de se moquer de nous ?

Petite parenthèse : marteler à tout propos le mot « travail », nous semble légèrement déplacé pour quelqu’un qui refuse de se consacrer à plein temps aux charges de sa fonction, tout comme dénoncer au passage les « querelles politiciennes » dont il a été le principal instigateur et qu’il n’a cessé d’alimenter depuis 2014.

Bel exemple aussi de désinformation à propos de la loi SRU et de la sanction qui a frappé la commune, pour n’avoir pas respecté ses engagements pour la construction triennale des logements sociaux prévus. Tout ce qu’apprendra le lecteur qui ne va pas sur internet, c’est que M. Joseph dialogue, plein de bonne volonté…avec qui ? Mystère ! Sauf que son interlocuteur, le préfet, lui, n’a que faire des bonnes paroles : il s’obstine à compter les constructions, ou plutôt leur absence : à peine 1 % réalisé en 2 ans à Bandol ! Avec une pénalité conséquente à la clé, que nous paierons en euros, pas en paroles ou en monnaie de singe.

Quant aux chantiers évoqués, la transformation de l’office du tourisme, celle du port, inutile de croire à un regain soudain d’activité : cela fait des mois qu’ils sont en cours.

Heureusement que, pour conclure son édito, M. Joseph nous promet plus d’information, plus de transparence !

Nous sommes rassurés, car il nous a montré ce que valaient sa parole et ses engagements…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires