Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 17:00

Un maire à l’écoute, doublé d’un sauveur !

C’est ce que veut nous vendre ce mois-ci le journal de la ville : un minimum d’informations, un maximum de propagande…

Certes l’opposition, (qui ne représente que 58 % des votants) peut aussi s’exprimer, sur les 12 ou13 lignes généreusement accordées – à condition, bien sûr, de ne pas ne polémiquer…

Ce déséquilibre a manifestement échappé à l’équipe de M. Joseph.

Les premiers mots des élus de la majorité, censés s’exprimer sur le site de campagne de leur liste -- réactivé pour l’occasion – ont été pour souligner l’obligation de neutralité à laquelle doit être soumise la communication de la ville.

Une perle, déjà : « C’est en tout cas le fonctionnement normal, même s’il n’en a pas toujours été ainsi dans notre charmante ville.» peut-on y lire en préambule.

On ne peut qu’être d’accord avec nos visionnaires !

Mais n’est-ce pas leur chef de file, M. Joseph lui-même, qui se permettait d’attaquer nommément des élus, et de vanter sa politique financière et ses réalisations maigrelettes, dans le bulletin municipal, paru 2 mois juste avant les dernières élections ?

Peut-être cela leur a-t-il échappé ? C’est le danger de la " vision" : on ne voit pas la réalité…

Mais de quoi parler dans ce journal ?

Il est vrai qu’à Bandol, en fait de réalisations, il n’y a guère à se mettre sous la dent !

A preuve, l’ " inauguration " par le maire de la fontaine – laquelle coule sur la place depuis plus de 100 ans – sous prétexte qu’il l’a fait repeindre et en a débouché quelques tuyaux!

Le tout, en présence des seuls élus et de leur famille.

Bref, on a manifestement décidé en haut lieu d’employer la méthode Coué, pour mieux nous manipuler.

D’abord, la photo : le maire, en gros plan, la tête penchée, entouré de deux de ses adjointes, attentif à leurs propos, semble-t-il.

Et la conclusion de son édito, dans laquelle il nous vante la qualité de son écoute…

On y croirait presque, si l’on n’avait pas expérimenté depuis 2 ans le refus du dialogue, de tout débat, et les nombreux « auto » – du grec par soi-même – qui caractérisent le comportement de notre édile : Autosatisfaction, autosuffisance, autoritarisme à défaut d’autorité, autocratie… Manque, hélas, l’autocritique, qu’on attendra longtemps…

Un sauveur, !

Et que de miracles accomplis depuis que le maire a été réélu !

Notre port a fait un bond prodigieux de la 53ème place à la 8ème, dans le palmarès, souvent contesté d’ailleurs, d’un journal spécialisé, véritable miracle, puisque les critères de classement et les services proposés aux plaisanciers étaient restés identiques jusqu’à l’époque de la dernière parution.

Et la capacité de désendettement de la commune est passée en quelques mois de 53 ans à 4 ans seulement ! Du jamais vu !

Sauf que les spécialistes s’accordent à dire que ce ratio n’a guère de valeur.

Quant aux finances publiques …on nous parle d’assainir, de maîtriser, avec surtout comme maître mot : la chasse aux économies (sic !) : et que je taille, et que je réduise, pratiquement rien n’y échappe …

En préservant les services rendus à la population, comme le répète à l’envi M. Joseph ?

Mais, attention, il va préciser une page plus loin : les services essentiels.

Tout est là : les associations, dont la baisse des subventions va perdurer ?

Pas essentiel, sans doute !

Les lignes de bus, insuffisantes, alors qu’elles sont le seul moyens pour de nombreuses personnes de se déplacer et de sortir de l’isolement ?

Pas essentiel ! Pas essentielle non plus la surveillance des plages, réduite elle aussi…

Faut-il évoquer la culture ? Non content d’avoir tué la salle Jules Verne en supprimant sa programmation, M. Joseph a décidé pour fin septembre, dans la plus grande opacité, la fermeture du Centre Culturel actuel.

Et pour les investissements, des dépenses d’équipement réduites des 2/3 (75 € / habitant en 2014 et 25 € en 2015 !), avec, pour conséquence inévitable, la dégradation des équipements publics, de la voirie dans les quartiers, des réseaux, le patrimoine mal entretenu…

Pas essentiel !

Voilà 3 fois qu’on nous rabâche, pour justifier ce gel des investissements l’an dernier, un soit- disant refus des banques de prêter à la commune en 2015.

Ce qui est totalement faux !

Il s’agissait à l’évidence d’une volonté délibérée du maire, avec pour effet de bloquer la ville.

Car sur 3 banques contactées, deux avaient accepté de faire un prêt, avait reconnu M. Joseph.

Mais il n’a pas donné suite : selon lui, c’est qu’elles n’avaient pas bien analysé la situation financière de la commune !!! Des banquiers mécènes, en quelque sorte…

Mais regardez, 6 mois plus tard, tout va mieux : Joseph II qui s'y refusait l'an dernier, malgré les demandes des élus, emprunte 1,5 M € pour lancer des projets qualifiés de « structurants », cela sonne bien ! Mais en quoi le remplacement des dalles, place de la Liberté, est-il structurant ??? Et que dire du practice de golf aux Grands Ponts ? A-t-on seulement fait une étude de marché ?

Quant au quai de Gaulle, à ce prix-là, on n’aura même pas le goudron…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires