Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 21:26
Non fluctuat, sed mergitur !

Elle ne flotte pas, elle coule !

C’est cette devise inversée qu’on pourrait appliquer, hélas, à notre ville en matière d’animations et dont on a depuis quelques temps la parfaite illustration, avec, en apothéose, la surprise du chef !

D’abord pour ce 21ème salon du nautisme, « Bandol à flot » annoncé à grand renfort de trompettes depuis des semaines, et dont M. Joseph nous a vanté la nouveauté : il n’a rien coûté à la ville, laquelle a économisé 10 000 €, montant de la subvention allouée aux organisateurs des précédents salons. Et quelle réussite !

A défaut de changer l’eau en vin, M. Joseph transforme une fois de plus en succès les échecs, y compris les plus flagrants, grâce à la magie du verbe – comme on l’a vu avec le Bandol Classica raté l’an dernier, bel exemple du partenariat prôné par le maire...

Mais la réalité est têtue.

Pas de miracle, hélas, en ce domaine : désertant les quais de Bandol, c’est à Sanary que s’est ruée la foule, les 6, 7 et 8 mai, pour la célébration du " Just rosé ".

Car avec moins d’argent, on a moins, quelle que soit la bonne volonté des organisateurs sollicités. Et le bénévolat ne dure qu’un temps…

A entendre le maire et son équipe, il suffirait d’avoir de l’imagination et des idées…Encore faudrait-il qu’elles soient bonnes ! Et que la mise en œuvre suive, sans parler de l’adéquation entre ce qui est proposé, et ce qui est susceptible d’intéresser le grand public.

On ne s’improvise pas spécialiste de l’événementiel.

Gageons que la communication municipale portera aux nues la « réussite » des Rencontres de la Mer du week-end dernier.

Une réussite, avec un aussi maigre public (60 personnes, y compris la vingtaine d’élus et d’organisateurs) venu assister au colloque salle Jules Verne samedi matin ? Et dans la ville, des promeneurs, guère plus nombreux que les week-ends habituels ?

Loin de nous l’idée de mettre en cause les intervenants, mais force est de constater que cela ne fonctionne pas.

Surtout par rapport aux ambitions démesurées, telles qu’elles ont été affichées.

Combien de temps encore va-t-on nous payer de mots ?

Que dire, dans ce contexte, en ouverture du colloque, de l’intervention du maire qui « souhaite relever le niveau de nos animations » ?

Il aura fort à faire en la matière, pour le remonter des abîmes dans lesquels il a plongé la ville !

Avec le budget le plus bas depuis 10 ans, consacré à cette activité, essentielle pour une commune touristique comme Bandol.

En effet, avec 205 850 € prévus dans le Budget primitif 2016 pour le poste 6232 (fêtes et cérémonies), on est loin des 938 000 € qui leur étaient consacrés en 2008.

Sans remonter aussi loin, voir le graphique présentant les sommes affectées dans les comptes administratifs de 2011 à 2015, et au budget primitif 2016.

Précisons qu’en 2011, cette somme représentait 10,8% des charges générales du budget de fonctionnement de la ville, contre seulement 4,12 % en 2016.

M. Joseph, dans son édito de mai, nous promet une surprise alléchante : un grand événement planétaire –encore un ! – inédit en France, sans doute celui évoqué par l’adjointe aux animations lors du dernier conseil, laquelle attend des personnes venues du monde entier !

Il s’agit du festival " New Romance ", « au titre très évocateur » (sic !).

Nous ignorons ce que cela évoque pour M. Joseph, mais on désigne par « New romance », une « littérature » anglo-saxonne érotique, de style parlé, qui s’adresse à un lectorat essentiellement féminin de 18 à 25 ans, amateur de collection Harlequin mise au goût du jour, nettement plus coquine avec ses histoires amoureuses pimentées de sexe et de sadomasochisme.

L’éditeur de cette littérature de haut niveau organise ce festival New Romance, en partenariat avec Bandol et la société Ricard, sur la commune, à Bendor et aux Embiez, festival lancé officiellement le 8 mars 2016, via Facebook et twitter…dont les places, en nombre limité, s’arrachent comme des petits pains, semble-t-il.

Quant aux Bandolais, auxquels on a soigneusement caché la chose, on verra bien s’il en reste pour eux, à la vente ou mises de côté pour les privilégiés qui assisteront au dîner de gala de clôture à Bendor. Dommage pour les adeptes qui souhaiteraient participer aux ateliers sur les îles : Atelier Ghost (poterie), de tatouage éphémère, ou, plus intéressant, découverte des secrets de cocktails aphrodisiaques (ça peut toujours servir…), et pour les personnes se découvrant des talents artistiques : initiation à l’effeuillage, dirty dance, pole dance…Pole dance ? Mais si, voyons ! Les figures, disons, sensuelles et acrobatiques autour d’une barre métallique.

Le tout, bien sûr, moyennant finances, avec des pass allant de 5 € pour le salon du livre New Romance à 125 € pour la totale.

Voilà, pour clôturer la saison, qui correspond à merveille à ce que nous promet M. Joseph pour les animations de l’été : « une proposition culturelle riche et qui s’adresse à tous les publics » !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

Christian Delaud 03/06/2016 08:21

Excellent! Je le mets tout de suite sur ma page Facebook.
Article pertinent et d'une justesse "chirurgicale".
J'en redemande, écrivez plus souvent.