Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 22:51

Désinformation ? Aveuglement ? Méconnaissance du dessous des cartes ? Suite au compte-rendu et aux commentaires publiés par Var-Matin, il est plus que jamais nécessaire d’apporter un éclairage différent.

Parce que ce conseil du 16 juin s’inscrit sur le fond dans la droite ligne de ce que l’on connaît de la politique menée par le maire : le refus d’opinions différentes, des restrictions tout azimut, et leurs conséquences néfastes pour l’avenir de Bandol, avec en face une opposition d’une timidité étonnante, ce qui peut expliquer la désaffection d’un public désabusé, qui n’attend plus grand chose…

Plusieurs points à retenir :

  • Un élu de la majorité privé de sa fonction et écarté, pour faire place à un transfuge de l’opposition. Cela ne vous rappelle rien ? Avec une légère différence : on le vire, tout en le félicitant !
  • Etiolement ? Disparition programmée ? Une bonne partie des associations mise au pain sec, avec des subventions de plus en plus réduites, sur la base de critères contestables et que l’on invite à quémander des rallonges…soumises au bon vouloir du maire.
  • Une opposition qui peine à distinguer l’essentiel de l’accessoire, qui se veut « constructive » ( ?) et dont on s’étonne qu’elle n’ait pas, à cette occasion, défendu les Bandolais avec plus de conviction et de vigueur.
  • Présentation d’un nouveau règlement intérieur, avec son lot d’accrochages à fleurets plus ou moins mouchetés et des commentaires inacceptables de la part de certains élus de la majorité : réclamer les droits que la loi confère aux élus, ce serait faire de l’obstruction ? Curieuse conception de la démocratie !
  • Encore deux délibérations retirées, l’une, pour des raisons techniques, nous dit-on, et l’autre, qui concerne les activités péri-éducatives, pour impréparation manifeste.
  • Sans oublier le maire, obligé de se fait élire au conseil de la SOGEBA pour savoir ce qui s’y passe !

Ça commence fort !

Tout d’abord M. Vivier, élu de la liste de M. Palix et devenu orphelin de son leader, annonce son ralliement à M. Joseph, qu’il félicite pour "sa politique financière courageuse ", appréciation dont nous lui laissons l’entière responsabilité…

Il va pouvoir apporter à Bandol sa contribution en tant que DRH ( !), seul motif, à l’en croire, de son engagement politique.

Quel respect pour les électeurs ! Les électeurs ? Euh… Ah oui, les quelque 1500 personnes qui l’ont élu sur une autre liste que celle du maire ? Pfff…

M. Joseph accepte avec jubilation au nom de son équipe unanime : « vos compétences en matière de ressources humaines nous seront très utiles ».

Parce qu’on n’a pas de DRH à Bandol ? Voilà de quoi réjouir le cadre qui occupe ce poste à la mairie !

Evidemment, quand on attire à soi les élus de l’opposition qui se réduit comme peau de chagrin, quand on a pris soin de mettre sur sa liste des personnes dépourvues de la moindre expérience municipale, quand on écarte les récalcitrants, tout baigne !

Tout baigne ? Pas si sûr ! Dans une mairie en ébullition, est-ce bien le moment d’accueillir un élu – un de plus – qui se prend pour un chef de service, étale ses diplômes, ses compétences et s’y croit déjà ?

On enchaîne sur la délibération N°1 :

Et, comme ça se trouve, voici un hochet pour récompenser le nouvel arrivant !

On met au vote l’abrogation de la délibération du 29 janvier, qui confiait à M. Capparos, élu de la majorité, le rôle de correspondant défense, et l’on transfère cette charge à …M. Vivier !

Voilà qui s’apparente à une manœuvre de basse politique, dont ni le maire, ni le bénéficiaire, ni les élus qui ont voté ce transfert ne sortent grandis.( Précisons que l’opposition a eu la sagesse de s’abstenir.)

Il paraîtrait que « Michel Capparos n’est plus en mesure d’assurer totalement cette mission. » Il l’était, et soudainement, il ne l’est plus ! On appréciera le « totalement ».

Question naïve : si c’est un motif d’exclusion, nous avons sous les yeux quelqu’un qui n’est pas en mesure, lui non plus, depuis son élection, d’assurer totalement sa mission, et ce, par choix délibéré… Deux poids, deux mesures ?

Mais ce n’est pas la même chose : là, nous avons affaire à un poste clé, affirme sans rire le maire !

A croire que le correspondant défense est chargé de monter nuit et jour la garde sur les remparts, pour signaler l’arrivée improbable des Barbaresques.

Ses prédécesseurs, eux, nous ont parlé de 4 réunions par an. Lourde mission, effectivement !

Est-ce qu’on ne se moquerait pas du monde ?

A l’évidence, cette éviction est une sanction.

M. Capparos est cet élu de la majorité oublié dans le magazine lors de la présentation de la majorité, mais aussi, plus grave, oublié dans la distribution des délégations.

C’est lui qui a organisé avec succès le Forum sur l’Armée.

Sans doute a-t-on jugé qu’il n’avait pas l’échine assez souple.

Une fois de plus, le maire refuse d’assumer ses actes. Mais pas de critique : on enveloppe, on dissimule, on entortille…

Il s’agit d’éviter, après la démission de M. Demory, tout ce qui pourrait faire penser à des dissensions au sein de la nouvelle équipe.

Non, M. Joseph n’a pas changé. Mais son directeur de communication, oui. Il est plus habile que le précédent, mais pas suffisamment.

Le maire en fait trop : il se lance dans un éloge dithyrambique de M. Capparos, vantant son engagement, son investissement, sa passion : « il m’a dit qu’il continuerait à nous aider. »

Sauf que l’élu n’assiste pas au conseil.

Et 2 jours plus tard, le 18 juin, il n’était pas là non plus, pour aider, lui qu’on voyait auparavant organiser les commémorations.

Privé de cérémonies patriotiques ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

Christian Delaud 23/06/2016 07:53

Heureusement qu'il y a "Bandol pour Tous" pour réveiller la belle endormie!
Une majorité de moutons et une opposition qui, à vouloir être constructive, en devient invisible, transforment les conseils municipaux en simulacres de Démocratie.

Bandol pour tous 23/06/2016 17:49

Qui, pour défendre les Bandolais ?