Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 12:35

Quand va-t-on arrêter de prendre les Bandolais pour des imbéciles ou des amnésiques ?

Discours, déclarations à la presse, voire à FR3, tout est bon pour distiller contrevérités et désinformation qui semblent être l’alpha et l’oméga de la stratégie de communication adoptée par le maire.

Et que dire du journal municipal !

Ainsi, dès les deux premières lignes de son édito de juillet, M. Joseph nous a appris, que la manne municipale – à savoir les subventions – était tombée, par la grâce des élus, sur « quelques (sic) 60 associations ».

Passons sur l’orthographe, mais 60 associations ?

On compte, on recompte ; eh bien non : elles sont 42, pas une de plus, à avoir reçu des subventions, votées le 16 juin par le conseil municipal. Et il n’y a pas eu de « rallonge » depuis, comme le faisait miroiter le maire, la subvention de 10 000 € pour Classica Bandol ayant été attribuée le 4 août à une société de spectacle privée.

Résultat : encore 10 associations laissées sur le carreau, qui s’ajoutent à celles, presque aussi nombreuses, qui n’avaient rien reçu en 2015, et auxquelles on n’a même pas envoyé cette année de dossier à remplir. Message des plus clairs…

Curieuse approximation, où l’on veut nous faire avaler que 42, c’est à peu près 60 !

Ou c’est une erreur de calcul, et dans ce cas, est-il bien raisonnable de confier la gestion financière de la commune à quelqu’un qui peine manifestement à compter jusqu’à 100 ?

Ou l’on cherche à tromper délibérément le lecteur…

C’est pourtant bien M. Joseph qui plaçait, il y a quelques mois, « l’honnêteté et la droiture comme premières valeurs » ? Il est vrai qu’il s’agissait d’un tract électoral…

Nous avons eu la réponse à cette question, aimablement fournie par le sieur Gabet, directeur de cabinet, dans sa déclaration à Var-Matin du 24 Août dernier.

Maintenant, s’il faut en croire le porte-parole du maire, ce ne sont plus soixante, mais 80 associations qui auraient reçu une subvention !

Et ce n’est pas tout : une centaine d’entre elles bénéficieraient gratuitement d’un local municipal !

Faux, sur toute la ligne : c’est moins de la moitié qui est autorisée à en occuper un.

Petit conseil d’ami : pour éviter de voir double, ne pas trop forcer sur l’anisette, même en ces temps de canicule …

Ensuite, à notre connaissance, la gratuité ne concerne que les deux petites salles, rue du puits du charron. Pour les autres locaux, les associations versent une redevance à la mairie.

Autre point, pour justifier l’injustifiable, – à savoir le refus de donner accès à une salle associative aux uns et le permettre aux autres – évoquer l’absence d’assurance ne tient pas la route, les associations s’assurant à l’année et reconduisant leur contrat.

Quant aux problèmes de sécurité qui se seraient posés sous la mandature précédente, on ne voit pas lesquels…Un mensonge de plus !

Assez de ces discours élogieux, dithyrambiques même, sur le rôle des associations, sur le « soutien actif » qu’on leur apporte, sans arrêt démentis par la façon dont on les traite !

Mais ce qui nous semble au moins aussi gênant, c’est l’état d’esprit et la conception de la communauté qui sous-tendent le discours du maire et de son substitut.

D’un côté, il y aurait la municipalité, qui octroie généreusement 400 000 € aux associations (A noter au passage que c’est 150 000 € de moins qu’en 2014 et qu’en 2015, et que, sur cette somme, il y en a 250 000 accordés à 7 associations importantes) municipalité qui, de plus, met à leur disposition locaux et matériel, ainsi que les agents communaux, ce qui a un coût, certes, comme on nous en rebat les oreilles.

De l’autre, les associations, dispendieuses, et qui auraient pris de mauvaises habitudes* !

Il est bon de rappeler quelques évidences à nos élus.

D’où proviennent les ressources de la ville ?

Pour la moitié, des impôts locaux payés par les Bandolais (10,5 M € en 2015)

Qui a payé la construction des locaux municipaux ? Ce sont bien les Bandolais.

Qui paie leur entretien ? Encore les Bandolais.

Qui paie le personnel communal ? Toujours les Bandolais !

En permettant aux associations de remplir correctement leur rôle auprès de la population, ce n’est pas de l’argent qui leur est donné, c’est de l’argent qui est rendu aux Bandolais.

*On leur refuse depuis quelques mois, la possibilité qu’elles avaient jusque-là de faire imprimer leurs affiches en mairie moyennant finances, sous couvert d’économies !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

Inconnu 19/09/2016 12:01

Comment se fait il que l'on ne nous parle plus des 118 000 € accordés en 2015 à cette association pour l'organisation du tricentenaire. Les Bandolais attendent toujours de savoir où est passé l'argent.

Pourquoi, alors que les associations payaient l'impression des affiches à la ville, le maire a décidé de supprimer cette possibilité ? Elles font le travail de la mairie pour animer la ville et sont pénalisées.
Il est vrai que Bandol bénéficie d'un service communication exceptionnel, il suffit de voir les succès des animations qu'elle présente.
En fait , ce n'est pas un service animation qu'il faudrait à Bandol, mais un service réanimation.

Bandol pour tous 19/09/2016 22:09

Apparemment, l'association dont vous parlez , les pointus, n'a pas demandé de subvention cette année. Les élus avaient demandé à voir le compte-rendu financier de la manifestation organisée en 2015, sans succès. On risque de l'attendre longtemps... Quant au refus d'imprimer des affiches,même payantes, il est évident que le prétexte avancé - à savoir les sacro-saintes économies - n'est pas crédible. Surtout quand on finit l'année avec un excédent d'1,6 M d'euros ...