Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 19:42

Ça devient dramatique !

On pouvait avoir quelques craintes, déjà, au vu de la démarche utilisée par M. Joseph et la municipalité pour la réhabilitation du quai de Gaulle.

En effet, quand on entreprend une réalisation de cette envergure, sur un espace aussi sensible de la ville, il faut mettre toutes les chances de son côté. Aussi,  est-il préférable de lancer un appel à projet auprès d’architectes, puis de sélectionner les plus intéressants parmi ceux qu’on aura reçus, et de faire un concours en les soumettant à une commission, ou pourquoi pas– on peut rêver ­– à la population, qui choisira un projet en toute connaissance de cause. On prendra ensuite un maître d’œuvre pour le réaliser.

Mais ce n’est pas du tout ce qu’a fait la municipalité : elle a passé directement un appel à maître d’œuvre et en a retenu un, sans qu’aucun projet ne lui soit présenté lors de l’appel d’offres.

On a tout fait à l’envers. Et le maire nous a dit, dans sa brève intervention, s’être investi  personnellement dans l’affaire. On voit le résultat.

Bref, il y avait environ 160 personnes, dont les élus, salle Jules Verne pour la présentation du projet, lequel est encore dans les limbes.

Passons sur un film qui remonte au premier Empire, pour nous montrer les transformations de notre commune, son évolution... avant d’aborder le projet.

Et là, on est encore plus inquiet, quand on découvre ce que le maire entend par "réhabilitation du quai de Gaulle " !

Il s’agira, en réalité selon M. Joseph, de faire une large promenade piétonne, du rond-point du Casino jusqu’à la fontaine, et même jusqu’à la corniche Bonaparte, de relier la terre et la mer, de redonner du lien ( ?) pour notre vitrine, sans oublier les quartiers excentrés (sic) qui, entre parenthèses, sont, eux, totalement laissés de côté depuis plusieurs années…

L’important étant, selon M. Chorel qui prend la suite et le micro, de retrouver une vision, d’admirer les plages. En fait, l’élu, atteint lui aussi par le syndrome des grandeurs (Cf l’édito du maire et sa comparaison avec Croisette et Champs-Elysées), veut une autre vision de Bandol, spécialement du quai de Gaulle, qu’il qualifie aimablement de « souk » qui n’a pas sa place dans notre belle cité.

L’architecte paysagiste va nous donner un avant-goût de ce qui est projeté.

Sur l’écran, défilent des esquisses, qui ne parlent guère, on voit de grands espaces vides, des arbres...la perspective faussant la perception.

Mais le discours nous éclaire un peu : Bandol s’étant créée autour d’une promenade (!), nous affirme-t-on, il s’agit de la retrouver, et d’apercevoir la mer, invisible, paraît-il, du quai de Gaulle. Et de se frotter les mains : il y a un espace de 30 m entre la façade des maisons et la mer. Oui, mais que va-t-on en faire?

Eh bien, créer une promenade du Casino jusqu’au cap ! (entendez le stade). Sauf qu' elle existe déjà côté mer ! Elle a de plus été refaite il y a peu de temps. Nos élus habitent-ils Bandol ?

Il faut, nous dit-on qu’en entrant dans Bandol, au niveau de l’Œnothèque, on puisse apercevoir LES PLAGES. A moins d’avoir des yeux derrière la tête pour celle du Casino, à moins de raser le jardin pour la plage centrale et démolir le Château pour Rènecros, dur, dur.

On nage en plein contresens et en pleine confusion ! C’est du quai de Gaulle qu’il s’agit – au nom inapproprié, d’ailleurs  – c’est-à-dire l’espace entre Poupoune et l’Œnothèque. Pas le bord de mer et les quais du port. A-t-on perdu la tête ?

S’est-on interrogé sur la finalité de ce projet ? Sur son intérêt pour la ville ?

Il est évident qu’il faut mettre en valeur ce qui est notre vitrine, et qui en a bien besoin : tout le monde sera d’accord.

Sauf que l’urgence n’est pas de remodeler les quais, mais de réhabiliter un espace déterminé. Parce que le quai de Gaulle, c’est d’abord et avant tout là que se concentre une bonne partie de l’activité économique et commerciale de la commune ; les gens  y viennent pour faire les boutiques, prendre un pot, dîner etc … plus rarement se mettre au vert, ou lézarder au milieu d’essences méditerranéennes.

En attendant, voici les grandes lignes de ce qu’on a cru comprendre du projet :

 Réduction des voies de circulation qui passeront de 3 à 2 avec la suppression de la voie nord, et de la voie de dégagement des parkings. Le but ? Fluidifier le trafic, nous a-t-on précisé. Surprenant ! D’autant plus qu’on n’a pas fait de simulation en temps réel.

La solution ? M. Chorel l’a trouvée : il invite les Bandolais à ne plus circuler sur le port. Quant aux  touristes qui ne feraient que traverser la ville, ils devraient éviter d’y entrer. Sans doute pour favoriser l’économie locale ?

Quid des entrées et sorties de parkings ? Traverser 2 voies en sens contraire, sans terre-plein  séparatif peut s’avérer dangereux pour les piétons. Y a-t-on songé ?

Suppression du terre-plein central. D’où, abattage des gros pins cinquantenaires, des palmiers, suppression des espaces fleuris. Curieux, pour qui projette de valoriser l’espace, de faire une promenade, de végétaliser…

Terrasses des bars, restaurants : leur emprise sera conservée à l’identique. Il faudra

un espace important devant  les façades : 4m obligatoire, comme voie de secours.

Les devantures des boutiques (stores, bâches, rideaux etc…) : une charte sera

signée avec les propriétaires, mais cela pourrait prendre quelques années.

Sauf que leur harmonisation nous semble le point capital d’une réhabilitation réussie. Or elle est repoussée à plus tard.  Le reste n’est que de la voirie.

Les parkings : Le projet entraînera la suppression du parking devant le Casino, et des places le long de la 3ème voie. On nous dit vouloir les conserver à minima. Où ?

Le calendrier des travaux: Mars-Avril 2018: travaux «non impactants » espérons-le. Septembre, octobre novembre décembre2018 plus janvier-février 2019.

Mars-avril 2019 : travaux « non impactants » et septembre-octobre 2019.

Ce sera terminé avant les élections municipales. Mais combien de commerces auront résisté à ces mois de fermeture ?

 Au risque de décevoir  l'adjoint, « les Bandolais qui soutiennent ce projet » n’étaient manifestement pas dans la salle : seuls les élus, assis en rangs serrés près de la scène, ont applaudi cette présentation.

En attendant, vous pouvez noter vos observations sur un cahier spécial, à la médiathèque. Sait-on jamais ?

En tout cas, 6 millions pour une promenade et de la voirie, c’est mal parti pour Bandol !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

Hilaire 04/08/2017 17:18

Ces reunions ne devraient pas se faire â 18 heures ,les bandolais ne sont pas tous fonctionnaires