Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 15:50

Décidément, le conseil municipal tourne à la farce.

Encore une séance qui sert de tribune au maire, mais où l’on se permet d’expédier les affaires de la commune en deux temps trois mouvements !  

 Eh oui, encore un discours de M. Joseph d’un rare cynisme, que seuls peuvent avaler les amnésiques, et complaisamment relayé par la presse locale. Le pyromane qui crie au feu, en quelque sorte…

Discours qu’il convient de décrypter pour en comprendre le message. Une fois celui-ci débarrassé de ses scories et autres formules ronflantes sur la démocratie, l’honneur d’être élu etc, etc…que nous a annoncé le maire ?

Laissons de côté le danger que courrait la démocratie à Bandol, vu l’absence de l’opposition et dont prétend s’inquiéter notre édile. Pensez donc, 58% des électeurs bandolais ne sont pas entendus au conseil, ni représentés, déplore-t-il !

A ce propos, M. Joseph serait bien avisé de se rappeler qu’ipso facto, lui ne représente que 42% des électeurs. Quant aux 58 %, il ne les a jamais entendus, pas même écoutés, qu’il se soient exprimés à travers leurs représentants, par le biais de pétitions ou autre.

En réalité, il s’accommodait fort bien de cette situation, avec une pâle opposante, qui proposait ses services, et tenait le crachoir pour se faire expliquer mot à mot les délibérations, sans analyse, ni la moindre critique, avant de les voter toutes, sauf une, il est vrai !

Mais catastrophe, voilà que le maire se retrouve  face à 3 élus qui n’ont pas l’intention de lâcher prise et qui entendent jouer un rôle d’opposants, au service de la population.

Impossible de les expulser du conseil.

Alors il annonce, sous un prétexte fumeux, qu’il ne débattra pas avec eux : « L’opposition ne peut être représentée par des membres de la majorité, il ne peut y avoir de débat avec eux ! »

ET C’EST CE QU’IL A FAIT LORS DE CETTE SẺANCE !

Il a refusé de répondre aux deux questions posées, l’une par M. Valéro et l’autre par M. Fréani. (cf plus bas)

On ne peut pas toujours faire couper le micro d’un élu, comme lors du précédent conseil : c’est trop voyant…

Voilà la règle totalement illégale que compte désormais utiliser notre donneur de leçons.

Qu’il commence par l’appliquer à M. Vivier, pourtant élu sur la liste d’opposition de M Palix, et qu’il a accueilli à bras ouverts dans sa majorité !

Qu’ils démissionnent tous pour laisser la place aux suivants, se permet de conseiller M. Joseph aux dissidents, oubliant que c’est lui qui les a exclus ! Certes, ce serait plus pratique…

Décidément, c’est une manie chez lui, qui a poussé à la démission – donc à la désertion, si on le suit– les 2/3 d’un conseil en 2015!

Quant à l’assiduité des élus dans des instances, et  si l’on parlait de l’absence récurrente de la moitié des colistiers de M. Joseph lors des conseils de la communauté d’agglomération ?

M. Joseph, champion de la démocratie ? C'est une plaisanterie.

Les avancées dont il se targue en 2014 ne sont pas de son fait. Quant aux commissions extra-municipales, combien de fois les a-t-il réunies ? Et à quoi servent-elles ? Parce qu’il faut savoir que les participants, censés faire le lien avec la population, sont tenus de garder secrets non seulement les sujets abordés, mais leurs débats et propositions ! Belle transparence !

il y a les belles paroles, les envolées pompeuses, et les actes. Car la démocratie nous semble particulièrement mise à mal dans la façon dont notre donneur de leçons et ses colistiers ont mené le conseil municipal.

Beaucoup de délibérations ont été  passées au galop : séance express, commencée à 17h10 et terminée à 18h25, avec un peu moins d’une heure consacrée aux 46 délibérations ! Faites le calcul : en moyenne1mn et 12 s par délib. C’est dire l’importance réelle accordée aux affaires de la commune.

Inutile d’espérer, si l’on ne les lit pas in extenso, qu’au moins on les résume, et surtout qu’on donne des chiffres. Le seul qui s’attardait sur la convention concernant la formation des fonctionnaires –en l’occurrence M. Vivier– a été prié par M. Joseph d’abréger au plus vite, car le sujet était trop « technique », paraît-il …

On comprendra vite qu’il s’agit d‘une attitude délibérée qui s’apparente à de la rétention d’informations.

Quelques exemples :

Délibérations N°10, 11 et 12, portant sur des admissions en non-valeur 2018 : quelles sommes perdues pour la commune ? Mystère…

Délibérations N°20 et 21 : rapport annuel du Maire – sur le prix et la qualité de l’eau potable et sur le prix et la qualité de l’assainissement.

M. Chorel déclare tout de go : « Chacun qui aura lu le rapport saura de quoi il s’agit » Merci pour le public présent, et pour les Bandolais qui, eux,  n’en sauront pas davantage.

On fait un package sur les délibérations N° 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32 : « avis sur le rapport du délégataire »concernant les concessions des plages Quel avis ? On suppose qu’il est favorable…puisque tout cela sera voté.

Plus grave : la délibération N°9 concerne le budget de l’assainissement : on va prélever 510 000€ de l’excédent pour les reverser au budget principal (délib ; N°13)

Question de M. Valéro : « A quoi vont servir ces 500 000 € ? »

Réponse incroyable de M. Joseph : « Je ne sais pas. »   

Ou il l’ignore, et on peut s’inquiéter de la façon dont est gérée la ville, car ½ million €, ce n’est pas rien ! il s'agit quand même de l'argent des Bandolais.

Ou il refuse de le dire, mettant en application la règle qu’il a fixée, et voilà mise à mal la transparence, qualité indispensable à l’exercice de la démocratie, sans parler du respect des lois.

Pour le reste, installation d’une nouvelle conseillère municipale, Mme Aline Massot, infirmière, laquelle fera un passage éclair de 25 mn au conseil.

Puis élection d’une nouvelle adjointe en remplacement de M. Fréani : ce sera Mme Bouron, sur laquelle M. Joseph ne tarit pas d’éloges, histoire d’enfoncer davantage son prédécesseur à la sécurité, fort de dizaines d’années d’expérience en la matière : quelle efficience, en à peine quelques semaines dans ses nouvelles attributions! On frôle le ridicule.

Nous ne nous attarderons pas sur ce qui relève de la cuisine interne des commissions et autres organismes municipaux.

Seront votées 3 subventions : l’une de 200 € pour l’association « Charlie Salsa » ; une rallonge de 1000 € pour « les Musicales de Bandol », et enfin, 1500 € royalement attribués au collège Raimu pour financer un projet de 4 ans.

Pour mémoire, en 2014 la ville subventionnait le foyer socio-éducatif  du collège à hauteur de 2600 € et depuis… 0 €.

On retiendra le déclassement du domaine public sur lequel sont édifiés les kiosques à sandwichs. l’AOT de 9 ans dont ils bénéficiaient expirait le 1er novembre. Et son renouvellement impliquait un appel à concurrence qui aurait été préjudiciable aux actuels propriétaires. Ce changement d’affectation les met donc à l’abri.

On suppose que ce domaine public se transforme en domaine privé de la commune ? Ceci n’a jamais été précisé.

Enfin, ont été abordés un transfert de compétences et la hauteur de la contribution communale au bugdet du SDIS  dans le cadre de la communauté d'agglomération.

Mal en prend à M. Fréani qui interroge le maire, lequel ne daigne pas répondre, et demande à M. Valéro de le faire à sa place (!)

On ne comprend pas bien si sa Grandeur estime la question de peu d’intérêt pour la commune, ou s’il l'a jugée trop technique…

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires