Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2019 4 24 /10 /octobre /2019 11:29

Si nous avons bien compris, M. Joseph a fait acheter  la Maison des vins par la commune, non pour assurer un local à l’association des vignerons, mais pour les en expulser!

On a d’abord bien ri à propos des hautes considérations de notre élu sur l’appellation Bandol et son peu d’intérêt pour la ville, mais vu la tournure des événements, on demeure atterré devant tant d’incohérences, d’inepties, de propos fallacieux répétés à loisirs, pour justifier une attitude et des décisions préjudiciables à notre commune. Sans parler de la petitesse qui émerge de ses considérations. 

Car en quelques jours, sans sourciller, le maire nous a tout dit, et son contraire :

La ville n’avait pas vocation à gérer l’immobilier, prétendait-il, et ô miracle, voilà qu’aujourd’hui elle peut le faire sans problème !

C’est qu’elle n’avait pas d’autre choix, claironne-t-on. Faux ! Pas de candidat, et un appel d’offres clos le 15 octobre : la ville pouvait ou bien faire l’acquisition de la maison des vins, ou la vendre à notre communauté d’agglomération. 

M. Joseph expliquait qu’en cas de rachat de l’immeuble par la ville, les contribuables bandolais refuseraient de payer 500 € – somme absolument fantaisiste – et qu’il écartait cette solution pour protéger leur porte-monnaie…

Mais foin de tout cela, puisqu’il nous annonce maintenant que la commune va se porter acquéreur. 

Mais attention, la Maison des Vins ne devra pas coûter un euro aux Bandolais : donc le bail des vignerons ne sera pas renouvelé, puisque leur loyer est trop bas…

On  les relogera dans l’Office du tourisme, et leur loyer – équivalent à celui qu’ils paient pour leur local actuel – serait entièrement subventionné par la ville !

On atteint des sommets.

Une telle incohérence est plus qu’inquiétante de la part d’une personne qui est censée  gérer la ville.

Bien évidemment, M. Joseph est avant tout une pauvre victime. Une fois de plus.

Victime des médias qui ont rendu compte de cette affaire.

Certes, c’est tellement plus facile de faire ses mauvais coups en catimini : 3 ans pour annoncer une vente décidée dans le plus grand secret en 2016…et sans en avertir les locataires…

Et ce tapage médiatique aurait fait fuir les « acquéreurs potentiels », lesquels sont restés si bien cachés que beaucoup doutent même de leur existence.

Soyons sérieux : si l’on recherchait du profit, il aurait fallait être fou pour acheter un immeuble si peu rentable aux dires du vendeur lui-même ! Pas très doué pour le commerce, notre petit génie de la finance…   

Quant à refuser les propositions de la CA Sud Ste Baume pour  chercher « à obtenir l’offre la plus intéressante », c’est oublier que le prix avait été fixé par France Domaine, et donc peu susceptible de variation…

Mais M. Joseph est aussi victime d’un complot politique ! Il va même accuser à demi-mot le président des vignerons d’y tremper, incapable de comprendre que la seule préoccupation de nos viticulteurs est de conserver une vitrine idéale et pas de se retrouver confinés dans un emplacement totalement inadapté.

Et bien sûr, n’oublions pas le grand méchant loup de Sanary qui voudrait s’immiscer dans les affaires de Bandol, pour se venger de notre malheureux maire.

Il semblerait que M. Joseph en soit resté au stade de la cour de récré. Il n’a pas compris que notre communauté d’agglomération vit principalement du tourisme et du Bandol, et que les vignerons qu’il a mis en difficulté se sont naturellement tournés vers cette collectivité pour les défendre. Laquelle fonctionne selon des principes démocratiques.

Aussi, les termes utilisés pour qualifier ses décisions (exigence, oukase, dictat…) sont-ils ridicules et déplacés : on y vote et M. Joseph s’y trouve bien isolé.

Comment s’en étonner ? Nous avons un maire qui cultive l’art de se mettre à dos tous ses voisins et les représentants des collectivités avec lesquels il se comporte d’une façon agressive en se faisant passer pour une victime.

Dernier exploit en date : il s’est permis, sur son blog et dans un courriel qu’il leur a adressé et qu’il a rendu public, de traiter de lâches ses collègues les autres vice-présidents qui ne vont pas dans son sens.

Et l’on touche là le plus grave de ce comportement irresponsable: c’est  notre ville, c’est Bandol qui en est la première victime, privée de son animation phare.

Il est temps de mettre fin à ce sabordage.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires