Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 21:32

De mémoire de Bandolais, les rapports avec Sanary ont toujours été cordiaux par le passé, avec de bonnes relations entre les élus : depuis plus de 20 ans, M Bernhard était invité à la fête des vins ; il venait tous les ans présenter ses vœux de conseiller général au collège Raimu, en présence de l’équipe municipale en place, dans une ambiance conviviale.

Et quand les associations bandolaises le sollicitaient pour soutenir auprès du département leurs dossiers de subventions, il répondait présent.

Sous la mandature de M. Palix, Bandol en 2011et Sanary en 2013 intègrent la communauté de communes de Sud Ste Baume qui va devenir communauté d’agglomération.

C’est dès l’élection de M. Joseph en 2014 que les choses se sont gâtées, au point d’en arriver à la situation conflictuelle que nous connaissons aujourd’hui et qui pénalise gravement notre commune.

Quand, en avril, Mme Quilici, devenue vice-présidente de la communauté Sud Ste Baume, lui apprend l’élection de M. Bernhard au poste de président, M. Joseph se met en rage et l’en rend responsable ! Elle essaie vainement de lui expliquer qu’il y a eu unanimité des 8 votants. De plus, qu’importe pour notre commune que le président soit le maire de Saint-Cyr, celui du Beausset ou de Sanary ?

Rien n’y fait : M. Joseph ne décolère pas ! C’est le début de la période glaciaire qui aboutira à l’éclatement de la majorité…

Mais d’où vient cette hostilité de M. Joseph à l’égard de son voisin, lequel ne lui a jamais rien fait ?

La raison que le maire a soigneusement dissimulée, c’est qu’il entretient depuis quelques années des relations très étroites avec l’opposition sanaryenne…

Très exactement depuis mars 2011.

M. Joseph avait fait campagne pour M. Kalac, opposant sanaryen bien connu, qui se présentait avec le soutien de l’UMP contre M. Bernhard aux élections cantonales et il avait même organisé à Bandol des réunions de soutien pour ce candidat, qu’il tutoyait. Rien à redire. M. Joseph, alors simple particulier ne représentait que lui-même.

Mais en 2014, la situation est différente : il est maire. De toute évidence, il ne comprend pas la différence. Il ne l’a d'ailleurs toujours pas comprise.

Le coup de grâce viendra lorsque M. Bernhard, réconcilié avec l’UMP, propose à Laetitia Quilici de se présenter en binôme avec lui aux cantonales et qu’elle accepte.

Fureur du maire qui voit s’effondrer les espoirs de ses amis de Sanary. Il  somme la première adjointe de se rétracter et de refuser la proposition. Elle s’insurge, et tente d’en appeler à la raison: voilà des années que Bandol n’a plus eu d’élu au Conseil Général, c’est une opportunité à saisir dans l’intérêt de la commune.

L’intérêt de la commune ? M. Joseph, manifestement, n’en a rien à faire. A la grande  stupeur de nos concitoyens, il refusera de soutenir la candidate bandolaise, et fera même paraître dans la presse un communiqué vengeur pour l’annoncer. Après avoir en vain tenté de susciter une autre candidature auprès d’un élu, il ira dans un canton voisin encourager l’un de ses amis…

On nage alors en plein délire : le maire se prétend victime d’un complot préparé de longue date visant à s’emparer de Bandol. Il accuse tous azimuts  Mme Quilici, le maire de Sanary, le député-maire de Six-Fours – auquel il n’épargnera pas les mesures vexatoires lors de cérémonies patriotiques– et bien sûr leur parti politique. Tous complices ! Même la chambre de commerce du Var, avec laquelle il refuse de signer une convention pour ces mêmes raisons !

Il se trouvera des esprits faibles pour croire à ces fadaises : nous en avons rencontré…

La collusion de M. Joseph avec l’opposition sanaryenne se trouvera confirmée en août 2014, avec l’épisode de la motion censée stigmatiser M. Bernhard, que M. Joseph tentera sans succès de faire voter en conseil municipal, en présence des opposants sanaryens, tout sourire. Motion sur laquelle lui-même s’abstiendra courageusement lors du Conseil communautaire suivant !

Et c’est le même qui se permet de parler d’ingérence…

Les derniers événements ont montré que M. Joseph n’avait pas désarmé, et continuait sa guéguerre, au détriment de la ville.

Car pendant des années, Bandol sera la seule commune à ne recevoir aucune subvention de notre communauté d’agglomération pour la simple raison que le maire n’en demandera pas ! Il est vrai, comme le faisait déjà remarquer un opposant en 2015, qu’il faut d’abord avoir un projet à défendre... Précisons que les autres  collectivités (département, région) ne seront pas sollicitées non plus.

Il faudra attendre décembre 2017 pour cela! Piètre gestion des deniers publics !  

Et curieuse façon de défendre les intérêts de nos concitoyens, comme le maire le prétend. 

A l’évidence, M. Joseph nous a largement démontré en 6 ans son inaptitude à occuper sa fonction.

A nous d’en tirer les conséquences.

Partager cet article
Repost0

commentaires