Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 22:57

Bien sûr, une campagne électorale, surtout municipale, n’est pas un long fleuve tranquille, nous en avions déjà fait la pénible expérience en 2015.

Mais nous avons eu là, en concentré, tout ce que nous avons subi pendant ce mandat déplorable.

On atteint des sommets dans l’absence totale de considération à l’égard des personnes, dans les efforts constants pour salir des gens respectables.

Tous les coups sont permis pour conserver un pouvoir discrétionnaire, l’éthique servant de paravent  pour stigmatiser et diffamer à loisir sous couvert de donner des leçons, pour dresser les gens contre un adversaire qu’on veut éliminer.

Dès le début de la campagne, nous avons eu, de la part de quelques individus grisés par l’impunité dont ils bénéficiaient, notre content d’attaques aux personnes, attaques qui se voulaient méprisantes et n’étaient que méprisables…Ah le petit Bandolais et son cortège d’insanités pitoyables ! Ah les lettres anonymes  ridicules envoyées massivement – par lettres vertes, s’il vous plaît, bravo d’avoir des préoccupations écologiques – dont la provenance ne faisait aucun doute…

 Sans compter la mission confiée par M. Joseph à un de ses colistiers, chargé de démolir ceux de Marc Bayle, dont la liste n’avait pas l’heur de lui plaire…

Comment peut-on prétendre diriger une ville quand on est sans arrêt dans l’agressivité, quand on utilise les réseaux sociaux pour dresser les gens les uns contre les autres ? Car il s’en trouve toujours pour se précipiter à la curée de la personne mise au pilori.

Quant aux prétendues tentatives de « corruption » qu’aurait tentées Marc Bayle, jusqu’à la dernière pantalonnade de M. Lerat et de sa complice, incapables de donner la même version des faits, elles apparaissent pour ce qu’elles sont : de la diffamation, le seul moyen qu’on ait trouvé pour déstabiliser un candidat sérieux et son équipe qui veulent rassembler et apaiser Bandol.

Mais voilà que M. Joseph, qui ne sait toujours pas ce qu’est une métaphore, se prétend insulté ! Il prône une « campagne propre » et veut calmer ses troupes. Il était temps !

En fait de propreté, nous sommes servis : de nouveau des attaques à la personne, particulièrement abjectes. Car cette fois, M. Joseph prend pour cible et jette en pâture à la vindicte publique Mme Henriot, une femme de qualité, qu’il se permet d’attaquer sur le plan professionnel et à qui reproche d’avoir bétonné la ville et le littoral ( ?).

Voilà qui s’appelle se tirer une balle dans le pied. Qui a signé les permis de construire ? M. Joseph ! Donc, qui a bétonné ? Lui-même ! Le reste est billevesées…

Le dernier tract du maire est l’exemple même de ce qu’on ne devrait plus voir.

Passons sur l’utilisation de la crise du Covid à des fins partisanes. Le maire a fait comme ses collègues, sauf qu’il n’a pu résister à la tentation de restreindre les libertés individuelles : les 300 m, le couvre-feu. Chassez le  naturel… les masques fournis ayant été achetés avec l’argent des contribuables, comme ailleurs.

Passons sur une énième attaque à l’encontre de l’adversaire qui n’aurait pas chiffré ses projets…Sauf que lui non plus : combien va coûter l’aménagement du stade ? Les allées Vivien ? Mystère…

Passons sur un beau mensonge pour la renégociation de la dette ; Ce que le maire oublie de dire, c’est que si l’on perd de l’argent la 1ère année, on en gagne infiniment plus jusqu’à son extinction ! On reconnaît bien là la frilosité d’une personne peu compétente en la matière.

 Mais le pire, c’est que M. Joseph trouve le moyen dans ce genre de document, de diffamer une fois de plus son concurrent avec la pseudo affaire des postes rémunérés.

 Chose inédite et plus grave, il réitère dans sa « profession de foi » ces attaques diffamatoires : du jamais vu !

Surtout, n’oublions pas que la partie n’a jamais été égale entre le maire et ses challengers.

C’est bien la première fois que des candidats n’ont pu bénéficier d’une salle communale pour accueillir le public à leur meeting électoral, salle que la mairie met gratuitement à leur disposition  comme c’est l’usage.

Le 31 décembre, pendant que vous songiez à votre réveillon et vous apprêtiez à fêter la nouvelle année, M. Joseph lui, avait d’autres préoccupations : il prenait la décision N° 37 qui fixait les modalités de mise à disposition des salles municipales aux candidats à l’élection municipale.

En catimini ! Car elle n’a pas été publiée sur le site de la mairie : aucune trace de N° 37 : ça s’arrête au N°36…Or l’Association des Maires de France recommande que tous les candidats en soient rapidement informés par une large diffusion.

Ceux-ci n’ont pu connaître les modalités d'utilisation de la salle que lorsqu’ils ont envoyé un courrier au maire, qui ne s’est guère pressé de leur répondre. Une semaine de perdue...

Une seule mise à disposition de la salle Jules Verne ou de la salle Pagnol pour chaque candidat au 1er et éventuellement au 2ème tour! C’est le minimum légal.  

Mais M. Palix, si décrié par le maire, en avait accordé deux.

Vous direz que M. Joseph lui-aussi n’aura qu’une.

Sauf qu’il a tenu 2 réunions électorales dans une commune voisine, à Saint-Cyr.

N’oublions pas que Bandol ne possède pas de grandes salles privées.De plus, leur location est onéreuse...

Pour arranger les choses, M. Joseph a formulé des modalités restrictives, de sa propre autorité, qui ont encore retardé les choses (récipissé de la préfecture …)

Mme Fiol a pu tenir une réunion Salle Pagnol.

Si les choses s’étaient passées selon le calendrier établi, M. Joseph aurait pu tenir 3 réunions, et les autres candidats une seule. Le Covid s’en est mêlé. M. Joseph a renoncé  à tenir sa réunion Salle jules Verne. Tout le monde a dû en faire autant.

Résultat ; M. Joseph  2 réunions

                Mme Fiol   1 réunion

               M. Lerat, M. Fréani  et M. Bayle 0

En matière d’égalité républicaine on était loin du compte…

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires