Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 21:58

D’abord, le conseil communautaire, qui s’est tenu après les élections municipales.

On n’insistera jamais assez sur l’importance de la communauté d’agglomération à laquelle nous appartenons, et sur sa gestion, au vu des compétences de plus en plus nombreuses qui sont de son ressort.

Nous avions appris récemment dans la presse que M. Joseph n’excluait pas de briguer la présidence de Sud Ste Baume pour les 6 ans à venir.

Il nous avait semblé pourtant avoir lu dans la charte éthique qu’il prônait, à la rubrique  Intégrité : «  maire et adjoints s’interdisent le cumul des mandats ». Mais voilà, il n’était question que du niveau « départemental, régional, national » mais pas intercommunal !

Nous retrouvons bien là notre homme ! «  Démissionnons tous… sauf moi » comme en 2015…

Et M. Joseph a bien présenté sa candidature hier au conseil communautaire.Après avoir repris ses griefs à l’encontre de M. Bernhard, il s’est lancé sur un beau discours sur la gouvernance, en proposant une Charte – décidément, c’est une manie – et en promettant un climat apaisé ( !) dans le respect des représentants de toutes les communes.

Mais il semble que le maire de Bandol est bien la dernière personne à pouvoir  incarner ce consensus nécessaire et rassembler autour de sa personne...

On se souviendra de sa fureur lors de l’élection de M. Bernhard en 2014, réaction totalement injustifiable et déplacée, puisqu’il s’agissait du 1er mandat de celui-ci, élu de plus avec l’accord de tous les maires.

Et depuis 2015, que nous a montré M. Joseph ? Une agitation stérile et contreproductive pour Bandol  au sein de Sud Ste Baume, lui dont certains colistiers ne prenaient pas la peine de se déplacer aux conseils ; des plaintes sans fondement, une victimisation continuelle, un procès intenté à la communauté…  

L’affaire a été bien mal préparée, les maigres soutiens n’ont pas suffi : celui du nouveau maire du  Beausset, opposant de longue date au président Bernhard, celui de Mme Guérel qui en a profité pour rappeler qu’elle était députée et qui s’est trouvée en position délicate et peu diplomatique en soutenant un candidat bien isolé.

Il est vite apparu que la candidature du maire de Bandol ne déchaînait pas l’enthousiasme, ses collègues ne partageant pas la même vision de l’apaisement que lui, qui passait son temps, il y a peu, à affubler publiquement M. Bernhard de termes artistiquement choisis (baron local, suzerain, incompétent etc…) et qui s’était même laissé aller à envoyer aux vice-présidents  des lettres peu amènes pour ne pas dire désagréables, voire insultantes… 

M. Joseph annonce alors d’un ton embarrassé qu’il retire sa candidature… à condition que M. Bernhard en fasse autant, et propose la présidence à M. Jourdan lequel décline fort poliment, puis à M. Barthélémy qui fait de même… Mauvais scénario.

Le verdict sera sans appel : 29 voix pour Ferdinand Bernhard et 13 pour Jean-Paul Joseph qui, dans l’élection des vice-présidents, arrivera loin derrière, en queue de peloton…

On peut s’interroger sur l’absence de lucidité et de réalisme de quelqu’un qui prétend gérer Bandol tout en conservant son activité professionnelle, et qui se serait vu de surcroît prendre la tête d’une communauté d’agglomération qui regroupe 9 communes et dont les compétences ne cessent de s’étendre…

Les visions, c’est très beau, mais il est bon parfois de redescendre sur terre !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires