Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2020 2 29 /09 /septembre /2020 21:04

Ce qui interpelle d’entrée, sur les 26 délibérations prévues, c’est la 1ère qui va instaurer le huis clos pour le 5 ème conseil de la mandature. La raison invoquée ? Bien sûr, le Covid et la distanciation nécessaire pour les élus et le public.

La salle Jules verne était occupée ce soir-là ? On aurait pu tenir le conseil un autre jour, aucune délibération ne présentant un caractère d’urgence. Ou bien utiliser, pourquoi pas, la salle Pagnol.

Le conseil municipal, avec ses séances publiques est un moment important de la vie communale et un gage de démocratie, mais manifestement cela n’est pas considéré comme une priorité par nos édiles.

Car la vidéo ne remplace pas une présence effective. A preuve, quand ils prenaient la parole, seuls le maire et les adjoints à ses côtés étaient cadrés, bien visibles en plan rapproché, alors qu’on avait bien du mal à discerner les autres intervenants, dont l’opposition.

D’ailleurs, Philippe Lefèvre souligne l’incohérence de l’attitude de la municipalité quant à l’organisation des évènements. Dès la mi-août, on supprime le Forum des associations (qui s’est tenu sans problème dans toutes les communes environnantes), mais on autorise la tenue d’une brocante , que l’on oblige à tout remballer quelques heures plus tard…Quant à la lecture de texte prévue ce même soir salle Jules Verne, avec accompagnement de guitare, la musique adoucit les mœurs, mais sans doute a-t-elle aussi un effet virucide, ironise-t-il.

M. Joseph justifie ses décisions, et l’on est frappé par son élocution hésitante, avec un nombre impressionnant de phatèmes qui parsèment ses phrases.

A notre grande surprise, interrogé sur la présence des journalistes, le maire déclare que la presse peut assister au conseil, et il l’autorise à rester.

Sauf que c’est faux. Seules les personnes nécessaires à la tenue du conseil peuvent demeurer dans la salle. Sinon on est dans l’irrégularité, comme l’a confirmé la jurisprudence.

Ce ne sera pas la première fois, mais qu’importe la loi…

La décision est mise aux voix, et l’opposition vote contre.

On aborde ensuite le domaine financier.

DélibérationN°2 : Il s’agit de rectifier les recettes fortement minorées, suite à une sous-évaluation manifeste de certains produits dans le budget primitif 2020. Nous avions dénoncé (cf notre article précédent) une prévision totalement irréaliste du produit des droits de mutation évalué 700 000 €, quand il avait rapporté 1,9 M € en 2019, alors que l’activité immobilière étant peu impactée par le covid. Et voilà qu’on a touché 700 000 € de plus, soit le double de ce qui était prévu.

Certes, il faut se montrer prudent, mais il y a des limites. Et nous attendons avec intérêt  la publication du rapport de la Chambre Régionale des Comptes venue examiner la gestion de la commune depuis 2009, et en particulier son analyse des budgets. A notre connaissance, c’est la 1ère fois que M. Joseph évoque  la venue de la CRC dans nos murs.

A ces 700 000€ s’ajoute un surplus de 170 000 € pour la  taxe de séjour, vu l’afflux d’estivants…

Cet argent va être ventilé entre différents chapitres et postes, fonctionnement et investissement.

Notons : charges générales : + 75 000 € dont 25 000€ consacrés à l’entretien de la voirie qui en a bien besoin, le montant de ce poste ayant été baissé par M. Joseph : 119 000 dépensés en 2019 et seulement 82 300 € prévus pour cette année ! Quand on connaît l’état de nos rues et de nos trottoirs…

Quant au chapitre 65, on met 200 000€ pour le CCAS (cf plus loin) et 50 000 pour les associations « au cas où » … Au cas où ? rappelons qu’en 2019, les subventions s’étaient « élevées » à 446 0000 €, si l’on puit dire, puisque nos associations avaient perdu 100 000€ depuis le début du mandat en 2014.

Or cette année, on a touché le fond : la commune leur a alloué, sous couvert de covid 266 000€, alors que la rentrée avec les menaces d’aggravation de la situation sanitaire, va  les retrouver fragilisées.

Enfin au chapitre 21 (investissement), on va verser 150 000€ pour la reproduction de l’improvisateur, prévue depuis un certain temps, dont l’original en bronze sera mis à l’abri à la médiathèque – ce qui ne nous semble pas le meilleur écrin pour cette sculpture – et pour la restauration de trois tableaux, qui aurait été déjà réalisée, si l’on en croit le denier magazine.

Espérons pour nos finances que nos greniers ne vont pas nous dévoiler d’autres chefs d’œuvre, au milieu des toiles d’araignées…surtout qu’apparemment on ne semble pas faire évaluer les œuvres.

 L’opposition va s’abstenir.

La délibération suivante, présentée par M. Gauthier, va concerner le CCAS, en déficit chronique semble-t-il,  en particulier sur deux postes : les aides ménagères et le foyer des Acacias. On a vu que le centre allait recevoir un supplément de 200 000€ qui va s’ajouter aux 310 000 € déjà prévus.

Philippe Lefèvre demande si l’on va embaucher du personnel complémentaire. Apparemment pas.

Gérard Mino s’enquiert de l’affectation globale de ce supplément, lequel sera alloué aux deux postes déficitaires. Le maire intervient pour apporter des précisions ; le rapporteur aussi, mais leurs chiffres ne correspondent toujours pas…Il semblerait qu’on ait malencontreusement additionné fonctionnement et investissement. Quoi qu’il en soit, la situation est inquiétante.

On retiendra de la délibération N°5 la création d’un poste d’ingénieur, ce qui est une bonne chose, vu le déficit de notre commune en fonctionnaires de catégorie A.

Mme Cercio regrette le peu d’information de fond et demande un accès  au bilan social.M. joseph le lui fournira.

Les élus de la majorité pourront suivre, aux frais de la commune, une formation avec un programme fourni : statut et rôle de l’élu, finances publiques, et sur le plan personnel, prise de parole en public, communication etc… formation qui leur sera très utile, n’en doutons pas…

Petit intermède avec la Délibération N°7 : Mme Bouron  présente le règlement intérieur du restaurant scolaire et de la pause méridienne. Mme Cercio voudrait avoir des précisions sur les « petites sanctions » qui seraient infligées aux élèves, craignant manifestement pour le postérieur de ces chers petits.

La première adjointe ne veut pas entrer dans les détails, pendant que Gérad Mino fait remarquer que la sanction est inhérente à l’autorité.

M. Baud mettra tout le monde d’accord en faisant préciser « sanctions à caractère pédagogique et éducatif » Ouf !

Nous rendrons compte de la suite de ce conseil le plus rapidement possible.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires