Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2021 3 24 /02 /février /2021 10:04

Encore un conseil à huis-clos, une partie du faux plafond de la salle Jules Verne s’étant paraît-il effondrée 48 h auparavant !Puisque la salle Mozart ne peut  accueillir du public, au vu des règles sanitaires en vigueur, il serait bon  d’utiliser un local plus grand, et pourquoi pas la salle Pagnol, comme cela a été fait par le passé.

Six absents représentés dans les rangs de la majorité : Mrs. Gauthier, Mouaddel et Mmes Guérel, Mith, Luydlin, et Revest et pour l’opposition, Mme Cercio.

L’opposition était bien présente et s’est fait entendre lors des débats, sauf du journaliste du quotidien local  chargé de rendre compte du conseil, sans doute frappé de surdité, lui qui, «dans une édition récente, se targuait de « déontologie qui (l’) oblige à rechercher la véracité des faits » !

Faudra-t-il lancer une cagnotte en ligne, pour lui offrir des prothèses auditives ?

29 délibérations : un conseil consacré en grande partie au vote du budget primitif, et aux subventions aux associations (19 délibérations, escamotées et votées en 1 seule fois.)

Vers l’avenir ou le passé ?

Présentation du budget primitif, préparée par un débat (le DOB) lors du précédent conseil. Primitif, ce sont les prévisions pour l’année 2021.

Mais avec des interventions d’élus de la majorité hors sujet : dans un scénario bien réglé, chacun énumère à son tour les réalisations de la mandature écoulée, ou accommode à sa façon les ratios antérieurs, pour réaffirmer l’excellence de la politique menée pendant 6 ans… Qui veut-on convaincre ?

M. Joseph insiste sur une prudence nécessaire, l’évaluation de recettes étant liée à l’évolution de la crise sanitaire. Il en profite pour rappeler le coût de l’exonération totale  sur l’année dont ont bénéficié en 2020 les commerçants : 645 000€ – exonération qui serait reconduite uniquement pendant les périodes de confinement cette année : les élections sont passées…Maintien également des taux d’imposition.

Ce budget sera ambitieux pour notre village (sic) : 450 000€ pour l’animation et la culture, somme assez faible, d’autant plus qu’il est impossible de connaître ce qui sera alloué à l’une et à l’autre (BP : poste fêtes et cérémonies 190 300€, en baisse de de 9 600 €).

Les charges générales retrouvent leur niveau de 2019 et celles du personnel augmentent de plus de 250 000€. Raison invoquée : offre de service pour l’accueil périscolaire ! Ne serait-ce pas pour l’embauche de cadres A dont la commune a bien besoin ?

L’investissement ?

On relève dans le BP une baisse de 3 M€ des dépenses globales d’investissement qui passent de 10,3 M€ à 7,3M €. Il est à craindre qu’il ne soit consacré pour l’essentiel dans la durée au nouveau projet phare, on l’a compris. Normal : on a pris le même, et il recommence…

D’ailleurs, le chapitre 20 a doublé : 473 000€ pour logiciels et études consacrées à ce fameux « projet phare » et à la révision du PLU. On va totalement « repenser le front de mer, le verdir  et aménager des parkings ». 

 Pour les travaux d’équipement, il est prévu 3,6M € au chapitre 21 lui aussi en baisse qui comprend : travaux de voirie ou (important, le « ou ») aménagement des bâtiments communaux. En fait, l’ensemble a été détaillé dans le DOB : 235 000 € pour la voirie et 423 000 pour les bâtiments communaux. Somme dont il faut ôter 1,650 M€ pour l’achat de la maison des vins.

Travaux en cours : 1,150M€ – dont 550 000 €–là, on ne mégote pasqui  seront consacrés à l’aménagement de l’entrée de ville : les dalles de bois seront remplacées par… du béton désactivé, pour une promenade et une piste cyclable. A notre humble avis, piétons et cyclistes ne feront pas bon ménage…Et vu l’étroitesse de l’emplacement, gageons qu’on va raboter l’espace vert…

Aurait-on oublié les quartiers ?

Rassurez-vous, le maire a pensé à eux, « à la qualité de vie » des Bandolais qu’il va améliorer grâce à «  l’entretien des espaces verts, la création des comités de quartiers et la vidéo surveillance. » Voilà qui ne va pas coûter bien cher ! Est-ce qu’on ne se moquerait pas de nous par hasard?

Le Débat :

 Interventions de l’opposition

-Marc Bayle rappelle, pour commencer, que la situation financière de Bandol a été favorisée d’abord par une pression fiscale importante qui pèse sur les contribuables( 724€/habitant, contre 641 /h pour la moyenne de la strate), et qu’on est passé de 9 M€ en 2014, à plus de 11M€ cette année. Ensuite, poursuit l’élu, par la taxe sur les droits de mutation qui n’a pas baissé.

Il constate que l’investissement se polarise sur de gros travaux concernant le front de mer, hier le quai de Gaulle, et maintenant sur le projet du stade Deferrari, projet que l’opposition juge inacceptable.

Cette polarisation et la volonté d’autofinancement privilégiée jusqu’alors ont conduit à une réduction de l’investissement, largement inférieur à la moyenne des communes de la strate (cf rapport de la CRC) qui a pénalisé les quartiers et tout ce qui touche au quotidien des Bandolais. Pour terminer, Marc Bayle pointe le flou qui entoure la politique de subventionnement auprès de l’Etat et de la région, alors que ces derniers ont mobilisé des moyens conséquents pour soutenir l’investissement des collectivités.

-Martine Henriot, quant à elle, revient sur la pseudo volonté de « verdir le front de mer » certes, il y est prévu 8 000 m² de végétation, mais 18 000 de béton !

-Pour terminer, Philippe Leclercq demande des explications sur le prix prévu par la commune pour l’achat de la maison des vins : 1, 650 M€, alors que la Chambre Régionale des Comptes l’a estimée à 1,1 M€ Comment justifie-t-on cet écart si important (1/2 M €) au détriment de la ville?

M. Joseph commence à répondre, mais M. Rocheteau lui coupe un peu brutalement la parole pour démonter qu’en matière d’impôt, les taux de Bandol sont inférieurs à ceux des communes de la CASSB, sauf une. Quel rapport avec l’investissement ? Notre élu aura oublié un petit détail : comme Bandol est en tête du département quant à la cherté de l’immobilier, les bases imposables sont bien plus élevées et nous payons hélas plus d’impôts. C’est d’ailleurs ce qui apparaît par rapport à la moyenne de la strate.

Le maire reprend la parole : si l’on est dans le flou pour les demandes de subventions, c’est qu’on en est encore au stade du projet…

S’ensuivent des propos hallucinants : il demande à M. Bayle, s’il a de bonnes relations avec M. Muselier, d’intervenir auprès du président de la Région  pour que celui-ci réponde à ses courriers demeurés sans réponse au sujet de l’affaire de la Cride !

L’élu décline : « Ne surestimez pas ma capacité auprès de cette personne » et précise à M. Joseph qu’il n’est pas au courant des courriers envoyés par son cabinet ! On aura tout vu !

On revient au budget, et le maire indique à Mme Henriot qu’on a prévu beaucoup de places de stationnement, vu la forte affluence l’été. Oui, sauf que c’est un parking qui sera vide les 3/4 de l’année…y a-t-il seulement pensé ?

Encore une fois, c’est au tour de M. Chorel de regarder en arrière et de rappeler les « nombreuses réalisations » faites pendant la mandature : la réfection des réseaux lors des travaux du quai  de Gaulle, – à ce propos, il manque 11 interfaces que M. Joseph s’était engagé à réaliser…

Pour le reste, on passe des graviers au cimetière au cloisonnement de l’open space etc, etc…Mais les chiffres sont là, têtus, qui montent la faiblesse des réalisations pendant le précédent mandat 

Monsieur Bertoncini prend le relais et défend un bilan somme toute assez maigrelet concernant quelques installations sportives.

Mais il n’en reste pas là : voilà qu’il a découvert les ratios ! Et l’on replonge en arrière.« Vous aimez bien les comparaisons ? Comparez avec Sanary, Six-fours, Saint-Cyr… »

Notre adjoint a choisi les ratios « dépenses d’équipement brut /habitant » pour 2019.Et il triomphe : Bandol est bien placée ! Sauf que remporter un match de basket ne vous fait pas gagner le championnat, et qu’il a oublié un petit détail : un mandat, ça dure 6 ans !

Et que les chiffres fournis par l’Etat sont sans appel, qui comparent la dépense par habitant des travaux réalisés par une commune avec la moyenne de la strate. Nous les avions déjà évoqués dans un article précédent.

En 2015 : Bandol leur  a consacré 25€/h contre 369€ pour la moyenne de la strate. En 2016 :  96€ contre 366€ ; en 2017 : 124€ contre 259€ ; en 2018 :138€  contre 267€ .

 On pointe du doigt l’énorme faiblesse de l’investissement à Bandol, d’ailleurs soulignée par la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport. Seule l’année 2019 atteint un niveau convenable,(347 € contre 266€ ) uniquement grâce aux travaux du quai de Gaulle. 

Intervention de Marc Bayle « Revenons à notre budget »

Joseph excuse l’ardeur de son adjoint : « Franck Bertoncini est un petit de Bandol ( !), il adore sa ville, il est revenu sur le passé… » Qu’on nous épargne cette comédie ! Vraiment ? Monsieur Bertoncini aime sa ville ?

Mais alors, pourquoi a-t-il détruit ce qui restait de notre cité provençale et en faisait le charme, nous voulons parler du marché vivant et coloré, en encombrant la place de la Liberté de camions, à la place des étals des marchands de fruits et légumes, et en reléguant les 3 qu’il a conservés perdus au milieu du béton ?

Quant à l’estimation du prix fort que la ville devra payer à la SOGEBA pour la maison des vins, Mme Aymes et M. Rocheteau le justifient, balayant les considérations et le calcul de la Chambre Régionales des Comptes. Sans doute se jugent-ils plus compétents…Affaire à suivre, car elle est grave…

Sans surprise, l’opposition va voter contre l’adoption de ce budget primitif.

La seconde partie, concernant les subventions aux associations, sera rapidement mise en ligne.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires