Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 17:23

Ce qu’on retiendra surtout de ce conseil, c’est le départ de l’opposition au bout de quelques minutes de séance. Et la réaction scandaleuse de M. Joseph dont on se demande s’il a bien conscience des énormités qu’il se permet d’écrire, entre mépris, mensonge et manipulation.

Après le vote du PV du conseil du  21 mai, la lecture des décisions du maire, Gérard Mino a pris la parole. Il a rappelé que ses collègues et lui-même représentaient près de la moitié de l’électorat Bandolais et qu’à ce titre, ils avaient droit au respect et qu’il était inacceptable de se faire sans arrêt insulter d’une façon grossière sur les réseaux sociaux,, comme récemment par le maire et son directeur de cabinet. Surtout de la part de responsables politiques qui se permettent de sanctionner les personnes qui ont le malheur de manifester une opinion contraire.

L’élu termine: « faute d’un cadre politique civilisé, que vous avez du mal à assimiler, nous quittons cette séance du conseil municipal en signe de protestation. »

Et tous joignent le geste à la parole, dans un brouhaha où se mêlent cris et ricanements.

Les réactions :

M. Bertoncini, touché au cœur s’exclame : « C’est ça votre démocratie ? » vivement applaudi par ses collègues. Voilà maintenant qu’il serait antidémocratique de réclamer du respect ?

Et que dire de l’analyse de M. Gautier « Le problème de ces gens-là,  (appréciez l’élégance), c’est qu’ils n’ont pas encore assimilé que les élections, ils ont les ont perdues ».Pour ce digne émule du maire, les perdants, i. e. l’opposition, doivent donc accepter sans broncher les insultes, les moqueries, les noms d’oiseaux etc… dont il plaira aux vainqueurs de les affubler…

A rapprocher des propos scandaleux que M. Joseph tiendra le lendemain en gras dans son blog et relayés sur facebook : « Nous nous attendions à une séance du conseil où l’opposition ferait profil bas. »

Profil bas ? Ses élus devaient-ils se présenter à genoux la corde au cou, en robe de bure en signe de repentance ? Avoir osé contester l’élection ! Et oser protester contre les insultes en quittant la salle ? C’est pour le Maire un prétexte futile et puéril (sic).

Et tenez-vous bien, leur réaction relèverait de la sensiblerie (resic) et il leur conseille de faire autre chose que de la politique !

Belle conception de la vie publique…

Par contre, M. Joseph semble ignorer qu’il existe une petite chose qui s’appelle « capture d’écran » et qui montre qu’il n’en est pas à un mensonge près. Car c’est en ces termes élégants que son collaborateur de cabinet a expliqué son engagement politique: c’était, comme le voulait son maire, pour « empêcher une sacrée bande de gugusses de s’approcher des manettes de la ville» Il n’a jamais été question d’appel devant  le conseil d’Etat comme ce  dernier le prétend sur son blog!

Et considérer la mairie comme une chasse soigneusement gardée ne manque pas d’interpeller…

Bref, pour en revenir au conseil, le maire s’apprête à répondre… Las, ces grossiers personnages sont déjà partis… Quelle impolitesse ! La majorité est offusquée, et M. Joseph déçu : « L’opposition n’entendra pas la réponse, et c’est bien dommage. »

Intervention de M. Mouadel, qui assiste à son 1er conseil de l’année : « Je pense que les Bandolais seront intéressés par notre réponse, M. Le Maire ». Hésitation : qui va intervenir ? Lui ? C’est M. Bertoncini qui se lance et dans une longue diatribe, se prétend victime sur les réseaux sociaux de colistiers des sept élus…on aura compris que pour lui toute personne qui ose critiquer la politique municipale  est l’émanation de l’opposition et représente Bandol Ambition.

M. Joseph, qui y tient, peut enfin lire la réponse qu’il a préparée, mais pas en entier : il se bornera à fustiger la duplicité de ces élus, dont la courtoisie en conseil dissimulerait la noirceur de leurs interventions à l’extérieur. Las ! Les destinataires de ces gracieusetés ont quitté la salle… Quel dommage !

Deux points nous interpellent : M. Joseph lance sans arrêt tous azimuts de graves accusations   concernant les opposants, leur équipe, manifestement inventées de  toutes pièces puisque, curieusement,  il ne donne jamais le moindre détail qui permettrait de vérifier la véracité de ses propos.

De plus, nous avons appris qu’après de longues recherches,  faute d’avoir trouvé dans les écrits de ses adversaires des considérations diffamatoires, le maire en avait été réduit à fournir au tribunal un petit article humoristique de Bandolpourtous, qui, selon cette âme sensible, l’insultait gravement et qui a dû surtout déclencher l’hilarité des juges…

C’est tout dire…

 Haro sur l’opposition !

Evidemment, vendredi, c’était le conseil « le plus important de l’année » : on y débattait des choix et des performances ( !) de… l’année  dernière !

Curieusement, on constatera l’absence inhabituelle de journaliste.

Tout Bandolais normalement constitué comprendra aisément que le Budget Primitif (prévisionnel) qui engage 2021 est autrement essentiel que cet exercice habituel d’autocongratulation.

Des délibérations si importantes que M. Joseph a regroupé les 4 comptes de gestion et les 4 comptes administratifs, dont la présentation se borne à l’énumération de toutes les activités de l’année de toutes les structures municipales, des animations diverses etc…

Et qu’on a eu un conseil express : 1h30 pour traiter 38 délibérations !

Quant au rôle de l’opposition, nous n’avons pas souvenir que ses élus aient été entendus. Quel que soit le sujet et leurs propositions, leurs demandes, qualifiées d’incantation,  demeurent lettre morte. Quant aux tribunes d’expression qui lui sont consenties, elles engendrent de la part de la « majorité » des flambées d’agressivité insupportables.

M. Joseph parle de « travailler au fond » ? Mais qu’il s’y mette, en consacrant tout son temps à sa charge !

Et le bouquet pour la fin : savez-vous, selon M. Joseph que l’abstention aux dernières élections prendrait sa source dans le comportement d’élus comme ceux de l’opposition ?

Ne serait-ce pas plutôt dans l’image dégradante et dégradée que le maire nous offre de la politique depuis qu’il occupe son fauteuil ?

Partager cet article
Repost0

commentaires