Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2021 2 19 /10 /octobre /2021 20:50

Il est d’usage pour les municipalités d’utiliser leur journal pour, entre autre, mettre en valeur la vie de la cité, et aussi leurs actions.

Mais à Bandol, on n’hésite pas depuis 7 ans à transformer ce qui devrait servir de lien entre les habitants en instrument de désinformation, voire de propagande.

Et précisons qu’il ne s’agit pas de lignes écrites dans un moment d’égarement du ou des rédacteurs, mais sous la responsabilité du maire.

On commence par un Retour vers le futur !

Comme dans les romans de SF, la municipalité nous offre une stase temporelle :

Journal municipal N°29 – Hiver 2021

Journal municipal N°30 – Printemps 2021

Journal municipal N°31 –Eté 2021

Journal municipal N°31 – Automne 2021

Mieux vaut en rire !

Une nouvelle présentation :

Ce qui frappe dès l’abord, c’est le blanc ! Le blanc qui prend une place énorme dans ce journal avec des bandeaux démesurés dans la plupart des pages.

 Or dans l’écrit, la page blanche, c’est le vide – ce qui reflète bien ce qui se passe dans notre cité, à savoir pas grand-chose.

Ou bien c’est la censure !

Dans ce journal, page blanche aussi pour  l’expression du « groupe minoritaire. »

« Minoritaire », depuis le début de cette mandature, c’est le terme employé avec sa connotation péjorative, ses relents d’agressivité et de mépris à l’égard des élus et des milliers de Bandolais qu’ils représentent.

Alors que la loi ignore ce mot. Elle, parle d’opposition.

Seul terme  utilisé également dans le règlement intérieur que M. Joseph a fait voter, et qu’il ne se soucie guère de faire appliquer : cf article 26 : Droit des conseillers municipaux d’opposition, groupe d’opposition etc...

Page blanche : le texte ne serait pas parvenu à temps…

D’après nos informations, l’opposition avait l’intention de présenter 2 textes. Or si l’un a été envoyé en retard, le premier est bien arrivé à la date fixée, à savoir le vendredi 10 septembre. Et quand on sait que le bon à tirer ne devait partir que le lundi…Mais voilà, il n’y avait pas de personne compétente à la mairie, ce fameux lundi pour modifier (un rajout sur une page blanche) et pour vérifier…

Quel dommage !

Pourtant, ce fameux journal trimestriel ne sort pas à date fixe, comme on l'a constaté.

En réalité, on comprend pourquoi le premier texte de l’opposition n’a pas été publié. C’est que lui aussi traitait du cinéma Caméra, pas pour verser des larmes de crocodile sur sa disparition, mais pour envisager les moyens qui auraient permis à l’avenir de le conserver aux Bandolais.

On aura voulu éviter aux lecteurs toute comparaison  avec le texte de la page 15, « Dernière séance », qui lui, reflète la position de la municipalité.

Texte qui présente une vision passéiste et cherche surtout à dissimuler et excuser l’inertie totale du maire. Car en deux ans, on aurait pu anticiper, chercher des solutions…Et qu’a-t-on fait ? rien !

La fermeture toucherait de nombreux cinémas de proximité ? Mais rappelons que Saint-Cyr possède une salle, Sanary également, quant à Six-Fours, la mairie a fait construire un cinéma qu’elle a mis en gérance, et, devant le succès, va ouvrir une 4ème salle. Ajoutons qu’Ollioules envisage aussi la création d’un cinéma…Le tout dans une recherche de dynamisme pour le centre-ville.

Dans le texte censuré, que l’on peut lire sur son site de Bandol Ambitions, l’opposition présentait des solutions pour permettre la poursuite de cette activité culturelle, indispensable pour les habitants mais aussi pour une commune touristique. En particulier, elle rappelait que de nombreux dispositifs de soutien existaient sous la forme de subventions des collectivités territoriales.

Que deviendra ce site, dans l’avenir ?

Rappelons qu’en 2014, un projet CAUE* très intéressant avait été élaboré sous forme d’étude globale, pour y conserver des points d’attractivité…Qu’en est-il ?

Feuilletons ce journal trimestriel…

Que penser d’un édito au titre étonnant qui prétend que le Quai de Gaulle était l’œuvre d’un visionnaire, alors qu’on s’est contenté de reprendre un plan élaboré il y a plus de 20 ans ?

Quant à faire le lien entre la rénovation future de Bendor programmée par la famille Ricard et la bétonisation annoncée du littoral autour du stade, en présentant le bloc de 7 m de hauteur prévu pour abriter parkings  et boutiques comme le « nouveau visage de notre littoral urbain » qui rendra notre rive « plus belle que jamais » (sic), il faut oser !

Travaux d’embellissement de l’été

Admirons au passage l’art de transformer en point positif la dégradation scandaleuse des conditions d’enseignement qu’on a provoquée: après avoir enlevé des livres de l’école pour les mettre à la pension Magali, voilà qu’on nous annonce triomphalement que la mairie va enfin faire des travaux et que les écoliers pourront bénéficier (sic) de la création… d’un coin lecture ! Il serait temps, après 2 mois de rentrée.

Actualités ou l’art de réécrire l’histoire !

A propos de l’immeuble en construction du 11 novembre, il faut rappeler que le maire, après avoir appelé publiquement les associations à la rescousse, avait retiré son recours contre le permis de construire déposé par la société immobilière OGIC en 2016. Seules étaient restées à se battre deux associations « Bien vivre à Bandol » et la Confédération Environnement Méditerranée qui ont poursuivi la contestation devant le tribunal et négocié avec le promoteur. Et ce pendant de longs mois…

En particulier, ce sont elles qui ont dénoncé le non respect du PLU en hauteur des constructions prévues qui n’auraient pas dû dépasser 12m.

Autre critique mensongère: l’article prétend que les prédécesseurs de M. Joseph, « ne se sont pas emparés du logement social, même après l’an 2000 »

Sauf que c’est faux ! Sans remonter au déluge, il apparaît que F. Barois a terminé 20 logements sociaux au Debussy en 2002, réalisé 29 à la Garduère en 2006, en  a commencé 35 à l’Eisoureto, terminés en 2009 par son successeur C. Palix, lequel en a fait construire 12 av. de Marseille (Blue bay) et entamé  43  à la place de l’ex camping av. des Réganeü.

Et M. Joseph ? Combien en six ans ? Un peu plus que les doigts d’une main…

 Il fallait oser …

 

*CAUE : conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
Merci pour cet éclairage, comme ils disent à la télé.
J’en profite pour demander aux lecteurs non déclarés et serviles soutiens du maire de BANDOL, de supprimer mes coordonnées de la liste des personnes à qui envoyer ce journal.
Je voterai l’année prochaine, mais au Beausset.
Répondre