Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2022 2 18 /01 /janvier /2022 10:46

Vous avez pu le constater, pas de trace dans Bandolpourtous du compte-rendu du dernier conseil de l’année.

Comme pour un certain nombre d’élus, vu la date choisie (le 22 décembre) et l’heure tardive (19h ) il s’avérait difficile d’y assister…

Pour tout dire, même M. Joseph était absent, « empêché » a-t-il été annoncé ( ?)

Heureusement qu’il y avait la vidéo, symbole de transparence tant vanté…

Hélas, elle a rapidement disparu des écrans, devenue indisponible pouvait-on lire…avant de réapparaître il y a peu, mais incomplète et souvent inaudible.

Nous reviendrons ultérieurement sur un point important : à savoir l’inscription de Bandol sur la liste des communes concernées par le « retrait du trait de côte » i.e. par la hausse du niveau de la mer et son impact éventuel  sur le PLU.

Les deux dernières délibérations, la 7 et la 8 concernaient le port,

 la première pour rapporter (annuler) la délibération N°4 du 1er octobre dernier, suite au jugement du tribunal administratif, puisqu’elle n’était pas du ressort du conseil municipal et la seconde, intitulée : « modification mineure du règlement du port de Bandol »

Pas si mineure que ça, puisque après quelques échanges inaudibles sur un nouveau calendrier des garanties d’usage, elle a donné lieu à une passe d’armes entre Philippe Leclercq et M. Rocheteau, à propos de l’article N°25  de ce règlement, sobrement intitulé « Reprise de la garantie d’usage ».

L’élu d’opposition s’inquiète pour le bénéficiaire d’une garantie d’usage qui se verrait contraint de retirer son bateau du port sans connaître les raisons de cette éviction et, plus grave, sans aucune possibilité de recours, puisqu’on lui a imposé cette clause quand il a signé son contrat!

Réponse de M. Rocheteau : « C’est votre interprétation, ce n’est pas la mienne ! »

Décidément, c’est le refrain de  du PDG de la SOGEBA quand il ne sait que répondre, ou qu’il ne veut pas le faire.

M. Leclercq réclame l’ajout de  précisions détaillées.

On le comprend, car il est vrai que la formulation finale nous apparaît comme des plus nébuleuses et ouvrant la porte à des interrogations inquiétantes à propos de « et/ou à la suppression totale ou partielle des ouvrages portuaires »

En effet, on nous parle de travaux énormes dans le port – pour 50 M€ ne l’oublions pas– qui vont impacter les ouvrages, voire les démolir.

Aurait-on l’intention de proposer des garanties d’usage à des plaisanciers pour 10 ans, puis de les leur reprendre si l’on détruit la panne où on les aurait placés ?

En réponse, l’adjoint parle de cas exceptionnels, ou de force majeure, ce qui ne satisfait pas Philippe Leclercq : « Où cela est-il écrit ? Où cela est-il prévu ? Le fera-t-on à la tête du client ? »

M. Rocheteau n’apprécie guère, lui qui, il nous le rappelle, est le champion de la transparence !

Il explose : « Me dire ça à moi ! »

Passons sur l’intervention de M. Bertoncini, déjà  habituellement incompréhensible, alors, avec un masque…

Eh oui, nous avions bien compris, M. Rocheteau le confirme in fine.

Il a fallu, dit-il,  fournir une gymnastique intellectuelle importante (!) pour garantir aux plaisanciers un poste avant travaux, et après travaux. Mais on sera peut-être contraint de demander à certains de partir du port et suspendre les garanties d’usage …

Qui choisira ? Et selon quels critères ?

On est revenu au point de départ…

L’opposition a voté contre.

Faut-il s’en étonner ?

Partager cet article
Repost0

commentaires