Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 10:57

 

Le dernier conseil est tout à fait représentatif du dévoiement de la démocratie auquel on assiste dans la vie municipale  à Bandol, sous la houlette de M. Palix.

Mensonges et  dissimulation à tout propos, opacité, demandes d’approbation aveugle de projets plus que vagues, violentes attaques contre l’opposition municipale et même extérieure,refus de parole, dérision, rien ne manque !

Bref, un conseil ordinaire….

C’était le 1er conseil entièrement dématérialisé.

Nous constatons que seul, le maire n’a pas d’Ipad … et mène le conseil avec des documents en bon papier, alors qu’on n’a guère laissé le choix aux conseillers.

 

Le conseil en bref :

 

* Contentieux devant le TA à propos de la crèche : M. Palix,  se déchaîne contre les professionnels de santé bandolais, accusés de basses manœuvres politiciennes…

Avant d’annoncer qu’il retire les 2 délibérations : Stupeur de l’adjointe en charge du dossier : elle n’était pas au courant !

Puis, c’est au tour de « Vigilance et vérité » d’être clouée au piloris au sujet du Casino…

* Ouvertures de crédit : L’opposition vote  contre : le maire n’a qu’à présenter en décembre le budget primitif.

* Un festival d’art lyrique dont l’organisation laisse sans voix !

* Contrat Enfance-Jeunesse : il n’a plus lieu d’être en l’état, souligne l’opposition. Délibération retirée par le maire…

*revoilà la fleur de mouillage, rebaptisée ZMEL

*Enfin, le Débat d’Orientation Budgétaire : le maire se lance dans son exercice d’autosatisfaction habituel. Notons l’annonce parallèle de la baisse importante des recettes du produit des jeux, et celle, dérisoire (– 2 %) de nos impôts 2013. Ce qui donne à réfléchir…Quant aux projets, ils sont présentés par le conseiller en charge des travaux, dont les réactions se devraient d’être moins arrogantes devant des critiques parfaitement justifiées, puisqu’il va falloir refaire la nouvelle entrée du parking central !

Pour terminer sur une note humoristique : la mairie de Bandol, avec sa gestion modèle (sic !) serait une petite annexe du Paradis, selon M. Palix… Dommage que les heureux employés ne s’en soient pas aperçus !  

 

Dès le début de séance, Brigitte Rouland interpelle M. Palix : où sont les documents complémentaires, (Ah, ces tableaux ci-joints introuvables)  promis par le maire, mais qu’il n’envoie jamais aux élus qui les réclament ?

Quant aux contentieux , combien de jugements soigneusement dissimulés, ou que le maire ne  se résout à publier  qu’au bout de 10 mois, contraint et forcé, comme celui concernant M. Calvez – quand il ne  tronque pas, tout simplement les injonctions du tribunal ?

A ce propos, où est le jugement de la cour d’appel administrative de Marseille, qui condamne la commune à indemniser un responsable de service licencié par le maire en 2008 ? 

 

Lecture du dernier contentieux : Michel Sauzet demande au TA l’annulation des délibérations N° 9 et 10,  votées le 9 novembre par la majorité.

 M. Palix, furieux du désistement d’ex futurs participants à son projet de centre médical, se lance dans une violente diatribe à l’encontre de ses confrères  bandolais  accusés d’avoir coulé son projet à coup d’insultes et de menaces, inventées de toutes pièces d’après nos renseignements. Le maire  a joué, selon son habitude, mais il a perdu.

Bref, M. Palix  va retirer ces délibérations, mais, prévient-il, il ne renonce pas et en présentera d’autres. (avec appel d’offres, cette fois). Mais pourquoi leur annulation ne figurait-elle pas à l’ordre du jour ?

Mme Logeais ne cache pas sa colère : elle apprend à l’instant le retrait de ce projet, sur lequel elle travaille depuis longtemps. Il n’en avait pas été question il y a 15 jours, lors du conseil de groupe.

Voilà  confirme, s’il en était besoin, l’attitude autocratique du maire !

Quand on pense que lui et certains conseillers se permettent de dénoncer le soit disant autoritarisme de François Barois, qui, lui, réunissait chaque semaine sa majorité, et, parfois même invitait l’opposition…

Après la crèche, le Casino, et l’avenant que M. Palix a fait voter  sans qu’il y ait eu de nouvel appel d’offres.

Il s’agit, selon le maire, d’une erreur de l’Etat. Cela va sans dire : ce n’est jamais de sa faute à lui.

Il lit, triomphant, le jugement du TA qui a rejeté la demande de suspension présentée par le Préfet.

Mais il oublie quelque chose : toute demande de référé suspension doit être accompagnée d’une demande d’annulation. Laquelle bloque tout jusqu’au jugement sur le fond.

Et de tonner contre M. Goux, contre « Vigilance et  Vérité ».

Ces prises à partie ont quelque chose d’un peu surréaliste, dans la mesure où M.Palix est seul responsable de ses déboires : il s’obstine à ne pas respecter les procédures légales, malgré les mises en garde ! De plus, ses diatribes à l’encontre de personnes extérieures n’ont pas leur place dans un conseil municipal.

Ayant déversé son trop plein de bile, le maire passe aux délibérations.

 

Les 7 premières, présentées par l’adjoint aux finances concernent l’ouverture de crédits d’investissements.

L’opposition dénonce la présentation trop tardive (fin mars) du budget primitif : « Si on avait voté ce budget en décembre, pas besoin d’avances » résume Jean-Marie Sagniez.

Christian Delaud s’insurge : les élus en sont réduits à faire de la figuration, dans des conseils de moins en moins nombreux : il se refuse à signer un chèque en blanc.

 

(Abstention de M. Decroix d et de Mme Quilici. - 11 votes contre et 16 pour.)

  Rectificatif: 1 abstention: M. Decroix -12 votes contre et 16 pour.


Délibérations N° 8 et 9  – Demandes de subventions pour l’organisation d’un Festival d’Art lyrique auprès des conseils Général et Régional.

 

Si l’idée peut être intéressante, l’organisation proposée n’est guère satisfaisante : D’abord la date – 1er, 2 et 3 août –: Mai ou septembre, selon Christian Delaud, serait plus pertinent : i l s’agit d’attirer un public de qualité, à un moment plus calme sur le plan touristique.

Quant aux 2 lieux projetés, Place de la Liberté et les Allées Vivien, voit-on les ténors chanter dans le brouhaha de la circulation estivale, souligne l’oposition ?

Manifestement, Mme Canevari semble ignorer que les artistes lyriques ont besoin d’une certaine acoustique…

 

Délibération n° 12 : Contrat enfance –Jeunesse

 

L’opposition fait remarquer que la convention présentée au conseil est obsolète, puisque la partie concernant le financement de la crèche Poussy’ Doll n’a plus lieu d’être.

François Barois souligne qu’il est impossible d’en modifier le libellé sans l’accord de la CAF.

A sa demande, le  Maire se résout à retirer sa délibération.

 

Délibération N° 18 –  Régie des parkings

 

A cette occasion, après des années de critiques acerbes et farfelues contre les quatre étages du parking de la « Médiathèque »,  nous avons confirmation que les 90 places mises en location sont occupées depuis quelques années déjà ! Ceci confirme que ces parkings  correspondent à un vrai besoin de la population.

Passons sur la remise d’un mois de loyer, suite à une panne d’ascenseur - lequel fonctionnait correctement depuis 4 ans, mais qui a le défaut d’être espagnol  !!! Encore de la faute de Barois ! Est-il nécessaire de rappeler que c’est M. Palix qui a réceptionné l’ouvrage en 2008 ?

 

Délibération N° 19 - Projet de création d’une ZMEL (Zone de Mouillage d’Embarcations Légères)

 

L’opacité  règne, avec ce projet très flou, aucune précision sur la dimension de cette zone, sa localisation exacte, sa capacité d’accueil

 (70 bateaux annoncés,  soit le double des mouillages actuellement autorisés – quid de la protection des plages ?)

Quant à celle des Posidonies,   elle est parfaitement assurée aujourd’hui par le système de mouillage imposé.

Plus grave encore, si c’est bien la commune qui demande la création d’une ZMEL, elle peut en confier la gestion à qui elle veut. Or, on ignore, après discussion, si la gestion en sera communale ou confiée à un privé, le choix en étant laissé au maire !

On demande aux élus d’approuver aveuglément, en autorisant «  le maire à signer tout document afférent à ce dossier ».

L’opposition a réclamé et obtenu l’ajout de la mention « après avis du conseil municipal ».

C’était bien le moindre…

 

Délibération N°22 – Avenant N° 5 à la convention déléguée du port

 

Il est simplement question de mettre la vélostation à la disposition des usagers

La directrice ; Mme Desseaux,  nous signale d’ailleurs que l’utilisation des vélos est fortement déconseillée sur les pannes, par grand vent, sous peine de se retrouver dans l’eau du port…

A ce propos, il nous semblait que le maire, lors de la dernière réunion du conseil portuaire, s’était engagé à faire revoter les tarifs, une fois ceux-ci rectifiés. Qu’en est-il ?

 

N° 30 : Débat d’Orientation Budgétaire 2013

 

Relégué en fin de conseil, alors que c’est un point très important.

Nous avons droit à l’exercice d’autosatisfaction habituel de M. Palix.

Mais, une fois de plus, il ne faut pas manquer d’audace pour publier des chiffres et des pourcentages concernant les charges qui n’ont aucun sens, puisque le ramassage des ordures ménagères et la déchetterie sont à la charge de la CCSSB depuis 2011!

Quant aux prétendues charges de la médiathèque, la somme annoncée est purement fictive : M. Palix a repris le calcul effectué par BTS consultant, lors de l’audit (et les Bandolais ont pu, depuis, constater quel crédit on pouvait lui accorder , vu les erreurs abyssales ) : 350 000 € ; et depuis, il rajoute 7 000 € tous les ans. Soyons sérieux !

Quant aux services rendus à la population, parlons-en !

Si nous suivons le maire :  il prévoit pour 2013 une baisse importante des recettes : baisse du produit des jeux, baisse de l’aide de l’Etat (DGF).. .

Et dans le même temps, il amplifierait cette baisse : gel des droits de place, et nouvelle baisse des impôts de 2%...

Cherchez l’erreur ! Sauf à reconnaître indirectement que l’augmentation de 24 % était totalement injustifiée et que la baisse prévue est ridicule.

Encore un effet d’annonce, que la presse s’empressera de relayer, oubliant la monstrueuse augmentation initiale de 2009!

Quant aux projets, c’est le conseiller délégué aux travaux qui les présente : la municipalité se contentera de terminer les travaux entrepris – en rectifiant au besoin ce qui a été mal conçu : (l’entrée du parking central , comme le fait remarquer Marcel Bogi). Heureusement que M. Coarasa surveillait les travaux toutes les semaines, avec VAD !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

dsyme 21/03/2013 23:02


j'en appelle a l'opposition pour voter contre l'application de la reforme des rythme scolaire. Apres avoir recu le questionnaire de pre consentement de la mairie et vu sur Var matin l'avis du
directeur de l'ecole octave Maurel  .j'ai de grosse inquietudes sur l'organisation et l'avenir de nos enfants. pour info j'ai mis des commentaires et demander d'ouvrir un debat sur bandol
blog. merci de votre soutien