Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 10:34

Ce conseil, comme les précédents, laisse une impression des plus désagréables.

Atmosphère malsaine générée par M. Palix lui-même qui ne conçoit la politique que comme

un mélange détonnant de mauvaise foi, de mensonges, de mépris et d’autosatisfaction.

Alors, comment s’étonner si cela explose de temps en temps ?

Comment discuter des affaires de la commune, quand le maire refuse les débats qui le gênent en empêchant l’opposition de s’exprimer, quand il refuse systématiquement de donner aux élus les explications et les documents qu’ils lui ont réclamés, et qu’IL LEUR A PROMIS ?

Comment discuter sereinement des affaires de la commune quand le maire commence une délibération en prétendant parler « en direction de certains cerveaux mal irrigués » (sic !) 

 Comment discuter sérieusement des affaires de la commune quand, au bout de 4 ans de mandat, il en est encore à tonner contre son prédécesseur, qu’il charge de tous les maux, au mépris de la réalité… ?

L’exemple, hélas, est contagieux : voilà que M. Delaud, à son tour, a prétendu que certains intervenants étaient affligés d’un QI de poule ( !), avant de prier  son ancien colistier « de la fermer ».

Voilà qui manque d’aménité, et qui n’élève pas les débats !

On aurait tort de rire.

 

Le conseil en bref :

 

Plus des 3/4 de cette séance ont été consacrés à l’examen des 3 1ères délibérations qui concernaient l’urbanisme, et au Débat d’Orientation Budgétaire.

Après lecture des décisions du maire, intervention de M. Decroix qui se désolidarise d’une décision et des propos tenus par M. Palix concernant l’ancien DGS lors du précédent conseil.

  • Résultats de l’enquête publique sur la modification du PLU, pour permettre la construction du programme immobilier du Camping de Vallongue : projet revu à la baisse (légèrement…) par le commissaire enquêteur, suite aux critiques, et adopté par la majorité.
  • Révision du Plan Local d’urbanisme : les vases communicants : on abaisse le COS et la hauteur des constructions d’une partie de l’Escourche, « à la demande des riverains… » pour mieux l’augmenter rue Perrault.

      Espaces Boisés Classés : du raccommodage : on déclasse quelques arbres de ci de là, pour classer en d’autres, d’une façon parfois aberrante. Résultat : + 1,1 % d’EBC !

  • PADD : il précède le nouveau PLU : quelques emplacements réservés pour des logements sociaux, une carte du réseau viaire à examiner de près.

Etait-il bien nécessaire de réviser le PLU (coût : 60 000 €) ? On peut en douter, mais n’oublions pas qu’à  Bandol, de l’aveu du maire, « c’est le promoteur qui décide »

 

  • Le Débat d’Orientation Budgétaire : il arrive bien tardivement, sous prétexte d’affiner les prévisions.

       M. Palix dans son refrain favori : il a sauvé Bandol.

A regarder les comptes de plus près – ce qui ne va pas sans difficulté pour apprécier l’évolution des charges générales et les recettes fiscales après l’intégration à La CC Sud Ste Baume – on constate une très forte augmentation des dépenses de personnel en 2011 (+ 6.75 %).

Encore une baisse des taxes, dérisoire comme la précédente : 3%. Et donc quasiment imperceptible sur nos feuilles d’impôts, mais M. Palix y aura gagné un gros titre dans Var-Matin…

 

 

 

32 points à l’ordre du jour.

Une assistance un peu plus fournie, mais qui s’est effilochée à l’heure du repas.

M. Sagniez profite du vote du PV du conseil précédent pour réclamer les documents promis la dernière fois par M. Palix et qui n’ont pas été donnés ;  Mme Connat insiste, elle aussi.

Le maire refuse d’abord de répondre, esquive, et finit par demander : « Posez une question écrite ».

Mais voyons !

Après lecture des décisions du maire, M. Decroix intervient : Il s’étonne qu’aucune lecture ne soit donnée des contentieux, en particulier du référé suspension prononcé récemment par le tribunal administratif à l’encontre de la commune.

Petit rappel :

Le 19 décembre, le maire avait présenté (délibération N°12) le tableau des effectifs qui entérinait la suppression d’un poste d’attaché principal, occupé par un titulaire.

Outre le très gros surcoût pour la commune, l’opposition s’était étonnée qu’on renvoie un agent très compétent, et qui avait toujours bien accompli son travail.

Explication du maire : cet agent avait refusé 2 fois un autre poste et il ne voulait pas travailler : on n’allait pas le payer à ne rien faire.

Accusation très grave que contestait l’opposition : encore une personne qui avait déplu, une de plus…

M. Palix avait même précisé : « c’est acté et c’est dans son dossier…on a tous les courriers. »

L’opposition avait alors voté contre, Mme Quilici et M. Delaud s’abstenant.

L’agent a porté l’affaire devant la justice qui lui a donné raison : le dossier était vide, apparemment, malgré les assertions du maire.

 

M. Decroix précisait: « J’étais absent lors du dernier conseil, et je ne souscris absolument pas à ce qui a été dit sur la qualité de la personne concernée. Je souhaite qu’on réintègre cette personne dans le respect des droits de la personne. »

Notons qu’une fois de plus, le maire se garde bien de donner lecture des contentieux  qui le gênent, alors que la loi l’y oblige.

A ce propos, où en est donc l’affaire des délégations portée par François Barois devant le TA il y a un an, et jamais évoquée ?

 

On passe à l’urbanisme : les 3 documents ont été distribués aux élus sous forme de CD, qui sont projetés sur un écran, peu lisible par le public

 

 

Délibération N°1 : Approbation de modification du PLAN Local d’Urbanisme

 

Il s’agissait de faire passer le COS de 0,2 à 0,5 et la hauteur des constructions de 7 à 9 m au camping de Vallongue pour construire 90 logements, dont 50 % de logements sociaux.

Devant les nombreuses contestations (Mme Connat, lettre de François Barois, de M. Joseph, des associations de quartiers (qui, contrairement à ce que prétendait M. Palix étaient bien loin de le féliciter !) le commissaire enquêteur a obligé le maire à revoir son projet à la baisse.conclusion commisaire

Le prétexte donné pour la densification est la construction de logements sociaux. Soit, mais ce sont bien des logements privés –mis à la vente par le promoteur – qui s’élèveront à 9m.

 

 Mme Connat a rappelé le succès de sa pétition contre la densification.

M. Sauzet s’est élevé contre la disparition du seul camping de la commune, ce qui nuit au tourisme.

François Barois fait remarquer que le terrain a été soigneusement découpé en 2 et que ce sont les logements sociaux qu’on va exposer au bruit de la D559  (à 12 m de l’axe de la route). Ils seront isolés phoniquement, certes, mais l’été ?

L’élu demande si la diminution du COS sur l’ensemble du projet et celle de la SHON des immeubles privés (ramenée à 30 %)  entraîneront une baisse du nombre de logements prévu.

Réponse du maire : Non ! Ce sont les espaces verts qui diminueront…Et M. Palix se permet de parler de bétonnage à propos du hameau de la Garduère, dont les constructions, elles, ne dépassent pas 7 m ?

M. Bogi rappelle que Bandol est une station balnéaire de 850ha seulement et qu’il n’y a plus de foncier. Il met en garde : il manque 1000 logements sociaux ; par le biais de promoteurs, il faudrait construire 3 fois plus pour respecter la mixité. Il qualifie la loi SRU de loi scélérate.

Il rappelle que M. Palix et lui ont fait campagne contre le bétonnage (supposé) de M. Barois…Qui bétonne aujourd’hui ?

Eh oui, une imposture de plus.

M. Delaud monte au créneau et s’élève contre la stupidité de ces propos, germés dans  des cervelles de poules. Il rappelle l’incendie du bois Maurin, ainsi que la construction des Katitkias et d’Athéna, auxquelles il s’était opposé, dit-il. (A ce propos nous n’avons pas souvenir d’une action de l’élu, âgé de 20 ans à l’époque.)

Des logements accessibles à tous sont nécessaires, et vu les prix pratiqués à Bandol, il est difficile aux jeunes de trouver à se loger dans la commune.

Interrompu par son collègue, il lui crie : « Maintenant, tu la fermes ! »

La grossièreté n’a jamais fait avancer les débats. Elle ne les élève pas non plus.

Si nous partageons le souci de M. Delaud de permettre aux familles modestes de se loger correctement, y compris sur notre commune, nous y mettons pour condition que la densification opérée soit raisonnable et surtout que l’emplacement choisi soit à l’abri des nuisances.

 

Nous nous sommes abstenus.

 

Délibération N°2 : Révision du PLU

 

Dans le cadre de cette révision, le maire est obligé de demander l’accord du préfet, et la saisine de la commission départementale  compétente en matière de nature, de paysages et de sites.

 

1er volet : d’abord la densification.

Comme il est dit page 2 : « le projet de PLU diffère peu du PLU opposable (c’est-à-dire celui fait sous le mandat de François Barois (4 ans de travail !).

Le projet :

3 changements, toutes les autres zones  conservant les règles antérieures :

a) augmentation de la densité :

  • les parcelles où s’élève actuellement la caserne des pompiers, rue de Buffon où seraient construits des logements sociaux :

hauteur  de 9m conservée

COS passant de 0,5 à 0,9

  • 6 villas situées rue Perrault, pas de projet indiqué…pour l’instant1 perrault 0002

Hauteur passant de 7 à 9m

COS passant de 0,3 à 0,6                                  

A-t-on demandé l’avis des propriétaires ? Les a-t-on même avertis ?

 

 

 

b) diminution de la densité :

  • une partie du quartier de l’Escourche, découpée curieusement, d’ailleurs…surtout vers la partie sud-est :

Hauteur réduite de 9 à 6m            

Et COS de 0,5 à 0,3

Raison avancée : proposition conforme à la demande de riverains

Voilà qui ressemble fort à du clientélisme. Il aura suffi que les riverains demandent.

Par contre, M. Palix est resté sourd aux protestations des riverains du camping de Vallongue.

2bisEscourche 0003

2ème volet : les ESB : espaces boisés classés

Le PLU opposable en comporte 242,6 ha

Le PLU en  projet en comportera 245,5 ha, entre classements (36,9ha) et déclassements (7,8ha), soit un gain de …1,19 %.

On déclasse quelques parcelles disséminées : dans des parkings, le long des voies, et on en classe d’autres, pins sur des falaises, ou des terrains en forte déclivité et même des jardins !

Quant à la parcelle située à Roustagnon, elle était déjà parfaitement protégée, puisque la colline a été classée en AC2 par le décret du 6 mai 1995 : on n’a pas attendu M. Palix.

On notera que l’EBC est étendu à l’arrière de la Caravelle –  villa que le maire avait préempté en 2009 pour en faire salles d’exposition, crèche, centre intergénérationnel etc…avant que le tribunal administratif ne l’oblige à renoncer à ses projets.

De même, le parc de la résidence de vacances Clairefont, où M. Palix avait prévu sans succès d’édifier une maison de retraite en 2010, se voit transformé en EBC !

Curieux, pour le moins…

plan3ESB 0004

Mme Connat intervient pour s’inquiéter des déclassements dont elle craint qu’ils ne soient la porte ouverte à des programmes immobiliers.

François Barois demande des précisions sur le déplacement de la caserne des pompiers. Y a-t-il un programme prévu rue de Buffon?

En fait, le maire avait envisagé de déménager les pompiers à Gilfrance, près de la déchetterie, mais c’est impossible (pas assez de place). Ils restent donc là où ils sont.

Quant à l’Escourche, dans ce quartier, semi pavillonnaire qui comprend également une douzaine d’immeubles de 2 étages, François Barois s’étonne de la hauteur fixée à 6 m, unique dans le PLU, qui prévoit toujours un minimum de 7m (R+ 1 étage)

Enfin, il ne comprend pas qu’on ait mis en espace boisé le champ situé dans le parc du Canet. 

M. Palix fait une réponse qui lui vaudrait la noix d’honneur dans un journal satirique bien connu : accusant plus ou moins François Barois de faire le jeu des promoteurs, il proclame qu’il a classé cet espace pour protéger le parc d’un programme immobilier.

Stupeur dans l’assistance !

« Mais je vous rappelle que le parc du Canet appartient à la commune » lui rétorque Fançois Barois, un peu abasourdi…

 

Une question se pose : pourquoi avoir mis en révision le PLU, pour des changements tout à fait à la marge ?

 

On passe au vote : l’opposition vote contre (Mme Connat, Moroni, Rouland, Mrs. Barois, Bogi, Garcia, Sagniez et Sauzet.)

 

N°3 : Débat sur le PADD

 

On aborde pour en finir avec l’urbanisme, le débat sur le PADD (pas de vote)

Ce projet d’Aménagement et de Développement Durable a déjà été présenté aux Bandolais lors d’une réunion publique.

Il s’agit de définir des orientations générales pour le nouveau PLU en projet.

 

Il est d’abord question de transport avec le devenir de la gare SNCF, où ne s’arrêtent que des TER depuis des années. Importance du train, utilisé par des Bandolais de plus en plus nombreux pour se rendre à leur travail.

La communauté SSteBaume envisagerait la création d’une ligne de cars Gare –la Cadière– Beausset.

François Barois propose qu’on reprenne la projection du document page par page, pour plus de commodité dans le débat.

Il rappelle qu’il avait un projet de logements et parkings sur le site, qui appartient à RFF, et que la négociation n’était pas aisée.

Il considère qu’un mitage d’ESB sur la bande littorale ne s’imposait pas, l’espace étant déjà protégé de par son emplacement.

Abordant la protection des édifices «  à forte valeur architecturale », l’élu en demande la liste – pour mémoire, le PLU initial en comprenait déjà plusieurs dizaines.

S’il est bon de protéger les édifices remarquables, il faut malgré tout se montrer sélectif, vu les contraintes engendrées par un tel classement.

M. Delaud interpelle François Barois : « Tu voulais classer Athéna ».

L’élu lui rétorque que  c’est l’Etat qui a classé Athéna « patrimoine architectural du 20ème siècle » : lui n’y est pour rien ! »

M. Girardi fait une intervention assez nébuleuse sur le petit commerce, les grandes surfaces et la cohésion sociale qui reste sans écho…

On en arrive enfin aux orientations concernant le logement.

 

François Barois demande des précisions sur l’emplacement des logements sociaux en projet :

4 zones identifiées (zébrées de rose) : plan4logements sociaux viaire 0005

le camping de Vallongue, un emplacement entre le Grand Vallon et la station service, la caserne des pompiers et à la sortie de Bandol, au rond-point du SuperU.

A propos de cette dernière zone, François Barois exprime sa totale opposition : comment ose-t-on envisager d’installer des familles dans un tel environnement, entre le rond-point, la déviation,la route du Beausset et l’autoroute ?

Enfin, l’élu s’élève contre le plan du réseau viaire, qui comporte un tracé des voies à créer, ou élargir, des impasses »à résorber » etc… et qui ne correspond à rien, si ce n’est à inquiéter les riverains. Il a souhaité sa suppression, à laquelle le maire ne serait pas opposé.

plan5réseau viaire 0006

 

 

 

 

 

 

 

 

M. Sauzet a exprimé l’avis de beaucoup : était-il vraiment nécessaire de réviser le PLU, pour quelques modifications à la marge ?

A quel prix ?

Nous avons entendu « 60 000 € »

 

La suite du compte-rendu concernera le Débat d’Orientation Budgétaire

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

Christian Viala 05/03/2012 04:41


@ CD


Merci pour votre réponse.

CD 04/03/2012 21:51


La différence M. Viala c'est qu'en conseil municipal M. Barois informait il me semble des contentieux de la personne à laquelle vous faites référence. Elle a fait l'objet de nombreuses sanctions
pour bon nombre d'entre elles validées par le juge.


Cette personne a eu des problèmes dans son ancienne collectivité et sous les mandats de M. Paecht puis M. Suquet puis de M. Barois. Cela fait beaucoup.


Quant à M. Palix, il a fait partir ou mis au placard une bonne dizaine de fonctionnaires à son arrivée, personne ne s'en est ému.


Le fonctionnaire dont il est question aujourd'hui était DGS et cela fait partie de son statut d'être dans une situation précaire à la différence des autres fonctionnaires de la mairie. Il le sait
d'autant plus qu'il a appliqué lui-même cette procédure pour ses prédécesseurs... alors qu'il était un fonctionnaire proche de M. Barois de ce que je sais...

Christian Viala 04/03/2012 07:27


Bonjour,


Je suis d'accord avec vous, il faut être clair.
L'avez-vous été lors de votre mandature avec un des fonctionnaires en poste à Bandol, Robert G. avec lequel vous aviez eu vous aussi quelques problèmes?


Vous aurriez rappellé cet évènement dans votre commentaire sur les agissements de Monsieur Palix, vous en aurriez été grandi.
Il n'est pas trop tard...
Mais SVP, pas de langue de bois!