Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 10:14

Nous avions décidé de ne pas intervenir, mais devant la médiatisation de ce départ, une mise au point s’avère nécessaire.

Avec un petit rappel pour commencer : un conseiller municipal n’est pas élu seul, mais au sein d’une liste qui porte un projet et des valeurs.

Aussi la légitimité que lui confère cette élection ne saurait être individuelle. Elle n’existe pas en dehors du groupe. Il semblerait qu’on ait tendance à l’oublier à Bandol.

Et si l’on n’est plus d’accord avec son équipe, on démissionne du conseil, pour laisser la place au suivant qui, lui, portera les valeurs du groupe. C’est là le vrai respect des électeurs.

 

Bien sûr, le rôle de l’opposition peut paraître ingrat et peu valorisant. De plus, il est particulièrement difficile sous cette mandature, comme chacun a pu le constater.

Mais ce rôle est capital, comme dans toute démocratie, pour préserver la transparence et le contrôle citoyen.

Aucune obstruction systématique de notre part : depuis mars 2008, nous avons voté contre 26 délibérations sur un total d’environ 450,  et nous sommes abstenus 28 fois…

Si nous avons combattu certaines décisions de la majorité, c’est qu’elles nous semblaient, comme à beaucoup de nos concitoyens,  préjudiciables à l’avenir de Bandol et aux intérêts des Bandolais.

Ainsi, nous nous sommes opposés en 2008 à la délocalisation du Casino, dont nous craignons l’effet néfaste sur notre activité économique, et à l’achat, inutile pour la commune, des parcelles de Naron, au double du prix estimé par les Domaines.

En 2009, nous avons dénoncé l’augmentation énorme des taux d’imposition, en parallèle avec une fuite en avant de travaux pour plus de 8 millions d’euros, et aussi le projet d’achat de La Caravelle pour 2,3 millions, alors que l’effort fiscal supplémentaire demandé aux Bandolais atteignait 27 %.

Cette année, nous nous sommes élevés avec succès contre la tentative d’expropriation de propriétés bâties pour construire des logements sociaux à Pierreplane et Vallongue.

En résumé, notre action n’est pas inutile.

 Mais il est illusoire de penser que les propositions d’une opposition, d’où qu’elles viennent, puissent fortement infléchir une position majoritaire. Sauf à se contenter de quelques os à ronger sur des points mineurs…

 

Lorsque M. Palix a adhéré à l’UMP, nous avons été fortement incités par le député à nous rapprocher de lui en catimini, et à cesser toute opposition, sous peine de perdre notre étiquette UMP, de voir la censure s’installer à demeure sur notre blog (mais oui !) et le groupe se réduire sous les pressions…

On nous a aussi clairement fait comprendre que la loyauté était une valeur périmée, qui devait s’effacer devant l’opportunisme et les ambitions personnelles.

Ces arrangements de politique politicienne ne nous conviennent pas : nous avons fait un autre choix, qui est celui de respecter notre engagement vis-à-vis des 33 % de la population qui nous ont fait confiance.

La politique de notre ville et son avenir ne doivent pas se décider ailleurs qu’à Bandol.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires

Poincelin Marc 11/07/2010 16:00



 n'assiste pas aux conseils municipauxLe lendemain des élections municipales M Barois a demandé aux ainés de démissionner pour laisser la place aux jeunes:Melle Quilici et M Blanc
.Aujourd'hui Melle Quilici a quitté le groupe Barois;M Blanc



Pierre Olivier 07/07/2010 12:50



@ Serge
Je suis navré si je t‘ai paru aller trop loin ! Je m’étais contenté d’aligner mon vocabulaire sur le début de l’article. Ce réquisitoire de ceux qui n’admettent pas qu’on conteste leur choix
contre une co-listiére qui reprend son indépendance. Serge, tu n’es donc pas concerné ! Puisque tu t’es démarqué de ce discours délétère, où on invoque le civisme et la démocrtaie, pour exprimer
ce qui, en fait, est  son contraire.
Et afin de ne pas inverser les rôles en cours de partie, et laisser ainsi, de nouveau, les accusateurs se présenter en victimes, je préçise que je ne pense pas qu’il y ait “traitre” ou
“criminel”, mais autre chose à ne pas en douter !
Donc je repose la question “quand un élu a un probléme avec son électorat, dénonce un probléme avec son parti, dénonce un probléme avec certains de ses co-listiers (et pas les moins
méritants),.... il est peut-être grand temps de se poser la question : le probléme ne vient-il pas de cet élu et de ses choix ?”. Chacun est libre d’y apporter sa réponse à commencer par les
interessés, celà fait pas mal d’années que j’ai la mienne (vous l’aviez remarqué sans doute)



Max MOUTTE 07/07/2010 09:39



Volonté des uns, n’est pas légalité pour tous.


En politique le terme « NOUS » vient de la parole d’une minorité de ce dit groupe car très souvent l’avis des autres n’est pas sollicité-  en oubliant que chacun n’est que l’unité (1) du nombre(X) aussi le départ de (1) élu n’a pas lieu de discussion  ou
cette personne a un grande valeur dont est supérieur a (1+1).


Au mandat 2001 cette liste a nommé et mis des dissidents venus d’autre tendance idéologique et de liste – pour autant personne sans n’est offensé d’au temps que l’étiquette
politique n’a plus de valeur électorale dans une liste (consulté Bandolais.fr sur . Parti sous
l’étiquette UDF changée en cours des mandats cela n’a  pas opportuné les colistiers. Pourquoi sur ce départ este  médiatique ?..


Pendant le mandat 2001, un conseiller municipal : absent permanent (n’a jamais été exclu – Pourquoi ? Pourtant « Bandol Printemps 2001 » avait « la
force de l’expérience ».


Si des élus décident de quitter le conseil ou le groupe pourquoi doivent ils se justifier ; Leur présence de venir sur la liste ils avaient été accepté par la
conjoncture ;  mais si celle ci change est il en droit e ne pas accepter la nouvelle situation.


Le jugement envers les autres ne varie pas  –Moi je peux, mais je ne suis pas 
d’accord pour les autres – Laissons aux nouvelles générations le pouvoir d’exister librement.


Pour mémoire j’ai créé les premiers Conseil Municipaux  pour la Jeunesse (il y a30 ans) -   Cordialement -Max



serge gervais V V D 07/07/2010 08:06



@ Pierre


Je ne veux surtout pas rentrer dans une polémique stérile qui n'apporterait rien aux problèmes actuels de Bandol, mais je pense que tu te trompes, car traiter de traitre un homme qui est resté
fidèle à ses convictions et à son honnêteté,  me semble aller un peu trop loin.


Par contre parler d'ingérance, d'ingratitude et de menaces venant de dirigeants externes à la commune me semblerais plus juste.


C'est pour ces raisons que je ne serai pas le 14 juillet à Six_Fours, c'est pour ces raisons que je n'ai pas renouvelé mon adhésion et c'est aussi pour celà que jai écrit à un représentant
national de l'UMP



pierre olivier 05/07/2010 23:04



Serge


Je te remercie de ton témoigange et te félicite de ta déçision


En tant qu'adhérent quand on en est ait à attendre des services et de l'écoute de son parti? plutôt que de l'écouter et le servir : mieux vaut le quitter.


Et je rajoute quand on en est un responsable, un "élu" et qu'on éprouve le même sentiment, avec de surcroit la "trahison" de sa base électorale, il est sans doute encore plus urgent de le quitter
si on a eu  un engagement sincère .


Quand on pense, avoir été trahi, par ses électeurs,.... puis par son parti,... puis par ses co-listiers... (jamais par ses
serviteurs, ses courtisans ... ni  ses éternels comploteurs )  il convient de se demander si question trahison :  on n'est pas le TRAITRE ? et de là de démisionner  ou de ne pas démisionner ?.... pour servir et pourquoi pas écouter !


Je n'ai pas non plus de commentaire à faire sur ceux qui pressés d'écouter et de servir,..et d'enfin bien faire, ont préféré, par lassitude, rompre avec les victimes ? ou bourreaux ! de la
gratitude


Merci Serge et .. . de savoir que (malgré tout) tu resteras à combattre les adversaires déclarés d'hier qui sont déjà les ennemis masqués de demain me rassure


PS Merci Laetitia pour les smileys que je t'avais demandé il ya longtemps déjà