Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 17:10

 Dans un ballet bien réglé, le maire est monté sur scène.
Puis sont apparus, sortant des coulisses un à un, les élus de la majorité, qui se sont sagement alignés derrière lui en rang d’oignons, bien droits, sans une tête qui dépasse… un pied non plus d’ailleurs, puisqu’on avait mis au sol une ligne jaune ! M. Palix les a laissés ainsi pendant une heure…
A noter l’absence dans la salle des élus de l’opposition, lassés d’entendre le même discours truffé de contrevérités – nous ne parlons pas des 3 conseillers présents qui, M. Palix s’en réjouit, « votent avec lui pour les décisions majeures »…
Nous commencerons par le point le plus attendu de l’intervention du maire!
Pas les vœux aux Bandolais, expédiés en moins d’une minute à la fin d’un discours interminable d’une heure…
Pas le bilan de l’année écoulée. Pas les projets 2012 et 2013, quasiment inexistants…
Non, ce que tous attendaient, après l’annonce faite dans la page d’interview du maire de Var-matin le 4 janvier, c’étaient «  ses intentions en matière de fiscalité ».
Il nous réservait la surprise pour ses vœux !
Allait-il encore diminuer nos impôts ?
Eh bien oui !
Le maire annonça solennellement une baisse de …1 %.
Peut-être s’attendait-il à des cris de joie ? Il n’y en eut pas.
Des impôts augmentés de 27% depuis 2009, avec des budgets toujours en excédent depuis 2001 !
Une baisse de 3 % en 2011, pratiquement invisible (quelques euros de moins par contribuable !)
Et maintenant 1 % ! Avec l’augmentation annuelle des bases, il n’y aura pas 1 centime de diminution.
Il faut lui reconnaître ce talent: M. Palix est passé maître dans l’art de se moquer du monde !

Nous avons eu droit au bilan de l’année écoulée, exercice habituel d’autosatisfaction, loin de toute réalité.
Il y avait l’avant Palix : une commune sans identité, sans « eau durable » (sic !), sans entretien des réseaux d’assainissement « depuis la guerre », un petit Chicago livré à la délinquance, à la gabegie générale, où  – tenez-vous bien – on présentait en décembre un budget prévisionnel !
Terminé tout cela ! Zorro – pardon, « le Docteur Palix » est arrivé.
L’eau ?
Maintenant, l’eau de Bourgarel arrive dans nos robinets –– elle y coulait depuis des lustres.
Il a fait des travaux, certes, mais ses prédécesseurs également.
Quant aux économies, parlons-en ! Le prix de l’abonnement et celui du m³ augmentent tous les semestres !
La sécurité ?
Maintenant nous vivons sous la surveillance d’une trentaine de caméras, mais il n’y a qu’un seul agent pour visionner les écrans! Il en faudrait 7 pour un minimum d’efficacité, sur un effectif de 16 policiers…
Et comme c’est insuffisant, nous serons aussi espionnés par nos « voisins vigilants » !
La dette ?
Elle a culminé à 15 M€, mais elle a toujours été bien plus faible que celle de nos voisins, par rapport au nombre d’habitants…
Et elle a baissé, comme il était prévu, et malgré les dénégations du Candidat Palix après l’encaissement des millions de subventions et du FCTVA versés pour la médiathèque.
Le budget ?
Les charges générales seraient en baisse : évidemment, nous ne payons plus les ordures ménagères, transférées à la CCSSB ; mais les dépenses de personnels, elles, ont augmenté de plus d’1M€ depuis 2007.
Quant à prétendre que le Budget 2012 ne sera pas prévisionnel (sic), parce qu’il s’appuiera sur le 2011, c’est pure sottise !
M. Palix devrait prendre quelques cours de comptabilité publique : il saurait qu’il y a un compte de résultats : le compte administratif, et un budget primitif, c’est-à-dire prévisionnel établi à partir des comptes de l’année précédente (extrapolés si on le présente en décembre), et qui intègre les augmentations prévues et prévisibles, les dépenses de personnel en particulier.
Présenter en mars au lieu de décembre un budget primitif ne permet pas de faire un centime d’économie ! Qu’on arrête de se moquer des Bandolais !
Les grands oubliés :
 Le Casino ? Pas un mot sur l’échec de la délocalisation et sur la réhabilitation ! Les logements sociaux et le bétonnage de la commune ?  Chut……
Et les projets 2012 ?
Quasiment inexistants ! Avec une confusion soigneusement entretenue sur le «  quai de Gaulle » côté parking en fait. On a compris que M. Palix ne fera rien de quelque envergure. Tant pis pour Bandol…
Et le plus beau : nous avons eu droit à un éloge dithyrambique de la salle Jules Verne, présentée comme le joyau de Bandol et l'un des atouts majeurs de son attractivité: sa capacité, son acoustique parfaites, son rôle irremplaçable pour l’animation de la ville etc, etc…
Beaucoup dans l’assistance ont été profondément choqués d’entendre le maire encenser ce qu’il avait démoli pendant la campagne électorale, non dans l’intérêt de Bandol, ils l’ont maintenant compris, mais dans le seul but de détruire son prédécesseur.
Qui apprécierait d’avoir été abusé par une imposture ?
Et pour finir, le pompon !
M. Palix a fait payer le champagne par les élus de sa majorité!
Démagogie pure et simple : rappelons qu’il s’agissait, comme le précise l’invitation, des voeux du maire et du conseil municipal dans son ensemble...

Partager cet article
Repost0

commentaires