Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 14:55

On attendait avec quelque impatience le premier magazine de la nouvelle équipe. Il tardait, et l’on pensait que nos élus prenaient leur temps  pour nous concocter un cocktail sympathique et gai...

Et qu’avons-nous vu arriver, au bout de 3 mois ?

Après le bulletin de santé, le bulletin de l’armée, le bulletin météo, etc…voici le « bulletin »  municipal !

Une petite chose triste et maigrelette, déclinée dans toute la palette des gris – gris ardoise, gris pâle, gris souris, gris cendré, gris de plomb, de la première à la dernière page – bref, tout est gris à Bandol : la mer, le plages, le maire, nos jeunes, les artistes …

Et que dire de la photo de ces palmiers noirs sous un ciel chargé de nuages, illustrant l’article « Destination Bandol », où l’on souhaite, paraît-il, « rendre toujours plus attractive » notre ville ?  

C’est peut-être pour ça que le maire nous rappelle, tout au long de son édito,  que c’est l’été, c’est l’été, c’est l’été…

Ah, ce gris !

Il paraîtrait que ça fait « branché », surtout quand c’est parsemé, de ci de là, de petites touches orange tango, la couleur à la mode !

Sauf qu’il s’agissait tout simplement de faire un magazine estival, attractif, qu’on aurait plaisir à feuilleter, et non un bulletin austère et rébarbatif.

Certes, on comprend bien les soucis d’économie, louables en soi, qui ont guidé cette cure d’amaigrissement, après l’inflation continuelle qui avait vu cette publication passer de 16 pages à 24, 40, pour finir à 48 sous le mandat précédent  !

Mais 12 pages, c’est peu.

Certes, nous apprécions de ne plus avoir entre les mains l’instrument de propagande éhontée à la gloire de l’ancien maire, et de ne plus tomber sur son portrait à chaque ligne ou presque.

Cependant, ce bulletin allégé et dépouillé à l’extrême laisse au lecteur une impression de vide sidéral : pas de sommaire, exit les cérémonies commémoratives, les événements marquants qui ont animé la ville, sportifs, culturels ou autres , qu’on ne saurait traiter de « fioritures » comme on le lit dans l’interview de M. Joseph.

Peut-être faudrait-il s’interroger sérieusement sur la fonction d’un magazine municipal...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires