Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 18:25

Par le passé, l’Hôtel de Ville et ses différents services étaient librement accessibles à tous.

Or, depuis qu’elle est devenue « maison commune » dans les discours officiels, nous assistons à une véritable privatisation de la mairie : les interdits sont sur toutes les portes.

Interdiction au public d’accéder même au service de l’urbanisme etc..., sans oublier l’interdiction faite depuis 2 ans aux élus de l’opposition d’aller dans un service sans une autorisation écrite (!).

Le maire vit aujourd’hui comme retranché dans son bureau, entouré de sa garde rapprochée. Son comportement est celui d’un assiégé. Les employés sont, malgré eux, transformés en sentinelles, chargées de lui signaler l’irruption d’un intrus !

Il semblerait qu’il y ait confusion : la mairie n’est pas un espace réservé, ce doit rester une maison de verre, et le symbole de la démocratie.

Les services municipaux sont certes placés sous la responsabilité du maire, mais ce sont des services publics qui doivent être ouverts à tous les citoyens, sans un contrôle quasi policier de celui qui se prend pour le maître des lieux, alors qu’il n’en est que l’hôte temporaire.

 

Cette dérive condamnable n’a rien à voir avec la politique. Elle est l’œuvre d’une seule personne dont le comportement de plus en plus inquiétant apparaît au grand jour et qui a laissé tomber le masque depuis un certain temps déjà, en parlant sans cesse de « sa police », de « ses contribuables », de « ses  finances », comme s’il était propriétaire de la commune et de ses habitants…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bandol pour tous
commenter cet article

commentaires