Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 11:58
 

La nouvelle médiathèque a enfin ouvert ses portes au public, un peu avant le printemps. Cette ouverture, longtemps différée sous les prétextes les plus divers, était attendue avec impatience, car contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire, la fréquentation de la médiathèque a toujours été importante à Bandol : plus de 40 000 prêts par an en moyenne.

 

Première surprise : les horaires d’ouverture (du lundi au vendredi 9h-12h / 14h 17h30) excluaient une bonne partie de la population – c’est-à-dire quasiment tous les actifs et les lycéens – Et c’était inacceptable pour un service public !

Ils ont été heureusement rectifiés, avec notamment l’ouverture du samedi matin. Signalons cependant que la médiathèque de Sanary, elle, est aussi accessible le samedi après-midi, ainsi que le vendredi jusqu’à 19h..

 

Quant à l’aménagement de ce nouvel espace, moderne et aéré, la municipalité en place s’est, une fois de plus, ingéniée à dénaturer ce qui avait été prévu avec le personnel, faute de pouvoir démolir le bâtiment…

 

Après des années de confinement, on espérait un accroissement du fonds (La médiathèque de Sanary est bien plus riche et complète), enfin plus de place pour les livres et autres documents audiovisuels. C’était trop demander !

La majeure partie de l’espace est accaparée par des tables et une cinquantaine de fauteuils, inoccupés pour la plupart. On aura confondu avec un café, ou une bibliothèque universitaire...

Bref, l’animation se concentre autour de l’accueil et le reste donne l’impression d’un lieu relativement peu vivant…et c’est dommage!

Et les étagères ne sont guère plus nombreuses, et bien basses pour une population âgée : peu pratique de devoir s’accroupir pour chercher un ouvrage…

Bref, à Bandol, le livre est le parent pauvre, ce qui est un comble.

 

Autre point noir, et le plus grave : l’espace jeunes.

On leur avait réservé toute l’ancienne médiathèque qui devait les accueillir, en liaison avec les classes de maternelle et de primaire, dans des salles spécialisées.

Le maire en a décidé autrement : il a besoin de ce bâtiment pour loger un de ses services.

Et les jeunes ? On les confine dans un lieu étroit, à l’écart de la grande salle et muni de 3 gradins, pompeusement baptisés "amphithéâtre". Impossible, on l’aura compris, d’y recevoir une classe entière.

Mais qu’on se rassure : les enfants maîtrisent mal la lecture ? Ils pourront toujours venir admirer les évolutions des poissons dans les grands aquariums. Le maire en a fait disposer cinq dans la salle à leur intention. Avec pour seule justification : "Parce que nous sommes une ville d’eau… " Vraiment ?

 

De plus, cette nouvelle lubie va coûter cher à la commune : dans les 100 000 € ! Sans compter l’entretien…Car, contrairement aux livres, ces petites bêtes doivent être nourries tous les jours, les 5 aquariums nettoyés, l’eau renouvelée etc…Qui le fera ? Employés municipaux, services extérieurs ? Encore de l’argent gaspillé sans utilité aucune.

On essaiera encore de nous persuader que la ville était ruinée.

 

A l’heure où la plupart des villes qui en étaient dépourvues construisent des médiathèques, nous sommes dirigés par des élus qui disent bien haut en plein conseil municipal que "c’est de l’argent mis en l’air" et qui font la tournée des maternelles en promettant aux enfants…des poissons dans la médiathèque.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Germain 06/07/2009 13:06

De toute manière, à part essayer trop souvent de copier Sanary, les nouveaux élus ne semblent pas avoir trop d'imagination.Pour les poissons, c'est peut être un clin d'oeil à "20 000 lieux sous les mers".